Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

75e D-Day : le témoignage d'un membre du commando Kieffer

75e D-Day : le témoignage d'un membre du commando Kieffer
Taille du texte Aa Aa

Le 6 juin 1944, c'est à l'âge de 21 ans que Léon Gautier foula le sable de Sword Beach, en Normandie. Cette plage du débarquement était attribuée aux Britanniques. Parmi eux, 177 jeunes Français, les fusiliers marins du commando Kieffer. Ils seront les seuls Français à participer au débarquement du D-Day. Ce matin-là, à 7 H 19, Léon est un des premiers à poser le pied à terre. En face, le feu nourri des Allemands depuis les blockhaus.

« Il y a les blockhaus en face, qui tirent, se souvient-il. Le truc, c'est de débarquer le plus vite possible et l'aller vers le blockhaus. Plus proche vous êtes de lui, plus le champ de tir diminue, vous voyez. »

Seuls 24 d'entre eux ne seront ni tués ni blessés. Tout comme Léon Gautier, ses frères d'armes s'étaient volontairement engagés dans l'armée britannique et cette unité d'élite s'était constituée sous le commandement d'un Français, Philippe Kieffer. Leur mission le 6 juin : neutraliser les fortifications allemandes élevées sur la plage et - avec la 1ère brigade de commandos britanniques - ouvrir la voie vers Ouistreham.

« C'est Dawson, le colonel Dawson, qui était avec nous, raconte Léon Gautier. iI nous a laissé 20 mètres d'avance et a dit : à vous l'honneur, à vous l'honneur de rentrer chez vous les premiers. [...] On voulait y aller, on était tous volontaires. D'ailleurs tous les commandos étaient des volontaires. On nous disait : si vous ne voulez pas rester, vous ne restez pas. Vous partez quand vous voulez. »

75 ans après, ce vétéran, âgé de 96 ans, vit toujours près de cette plage de Ouistreham qu'il n'a jamais quittée. Cette semaine, il participera aux commémorations pour rendre homme aux quelque 150 000 hommes qui débarquèrent sur les plages normandes, rendant possible la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie.