Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le boss du foot africain interpellé à Paris, le chaos continue

Le boss du foot africain interpellé à Paris, le chaos continue
Taille du texte Aa Aa

Le président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad a été interpellé jeudi à Paris par l’Office anti-corruption de la police judiciaire (Oclciff): de quoi amplifier le chaos après la polémique de la finale de la Ligue des champions africaine à rejouer.

Le football africain se serait bien passé d’une telle mauvaise publicité à deux semaines de sa compétition phare, la Coupe d’Afrique des nations (21 juin-19 juillet) en Egypte.

C’est Jeune Afrique qui a lâché la bombe jeudi en milieu de matinée: “Ahmad Ahmad a été interpellé vers 08h30, pour être entendu” au sujet d’un “contrat rompu unilatéralement par la CAF avec l‘équipementier allemand Puma”.

M. Ahmad Ahmad était présent à Paris dans le cadre du Congrès électif de la Fifa qui s’est tenu dans la capitale française mercredi, juste avant le coup d’envoi du Mondial féminin vendredi au Parc des Princes.

La Fifa s’est ensuite contentée d’indiquer que le N.1 du foot africain était “interrogé par les autorités françaises”. Une source proche du dossier a confirmé à l’AFP que le Malgache a été interpellé par l’Office anti-corruption de la police judiciaire (Oclciff).

La Fifa “prend note des évènements présumés concernant M. Ahmad Ahmad, qui est interrogé par les autorités françaises” pour des “allégations liées à son mandat de président de la CAF”.

- “Tolérance zéro !” /p>

La fédération internationale ne connaît pas “les détails” de cette enquête, n’est pas en mesure de “commenter” et demande “aux autorités françaises toute information” qui pourrait intéresser sa “commission d‘éthique”, soit la justice interne du football mondial.

“Il n’y a plus de possibilités pour la corruption. C’est tolérance zéro ! Ce qui s’est produit ne doit plus se répéter. Cela doit être clair pour ceux qui sont dans cette salle et en dehors”, avait prévenu mercredi Gianni Infantino, président de la Fifa avant sa réélection, évoquant les scandales passés de l‘ère Sepp Blatter, son prédécesseur.

Dans l’affaire révélée jeudi, Puma, après rupture présumée du contrat de façon unilatérale, “a demandé une compensation de 100.000 dollars mais la CAF n’a pas payé la somme”, a exposé à l’AFP Amr Fahmy, l’ex-secrétaire général de la CAF.

Selon des documents consultés par l’AFP, la CAF avait dans un premier temps passé contrat en décembre 2017 avec Puma pour la fourniture d‘équipements destinés notamment à habiller les 580 volontaires du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2018, épreuve réservée aux joueurs africains évoluant sur le continent. Peu de temps après, la CAF aurait rompu ce contrat au profit d’une autre société basée en France fournissant elle du matériel Adidas, et ce pour un montant supérieur au contrat initial.

“Question de crédibilité” –

Selon des sources concordantes, M. Ahmad est également l’objet d’une enquête de la commission d‘éthique de la Fifa, ouverte notamment suite à une plainte pour “mauvaise gestion” transmise en mars dernier à la justice interne de la Fifa par Amr Fahmy. Ce dernier avait été licencié en avril par la CAF.

L’interpellation de son boss tombe mal pour la CAF, déjà engluée dans une polémique monstre pour sa décision de faire rejouer la finale retour de la Ligue des champions africaine, qui s‘était achevée avant son terme vendredi dernier dans la confusion après une panne de l’assistance vidéo à l’arbitrage.

“J’ai vu qu’il y a eu des problèmes. C’est malheureux. (…) C’est une question de crédibilité pour toute l’Afrique”, avait déclaré Gianni Infantino, mercredi.

Le foot africain est bien à un tournant de sa crédibilité: déjà affaibli par le processus heurté de désignation de l’Egypte comme pays hôte de la prochaine CAN, après que le Cameroun a été destitué de l’organisation dans la confusion, il aborde une nouvelle période de turbulences.

Avant le match d’ouverture le 21 juin, les incertitudes, nées des délais serrés, des craintes sécuritaires et des problèmes d’organisation planent toujours au-dessus du pays des Pharaons, qui n’a eu que six mois pour préparer la plus grande CAN de l’histoire, à 24 sélections.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.