Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Manchester City saisit le TAS pour anticiper une possible condamnation par l'UEFA

Manchester City saisit le TAS pour anticiper une possible condamnation par l'UEFA
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le club anglais de Manchester City a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour anticiper une possible condamnation par l’UEFA qui pourrait aller jusqu‘à une exclusion de la Ligue des champions, a annoncé jeudi le TAS.

City, déjà épinglé pour avoir enfreint les règles du fair-play financier (FPF), anticipe une possible condamnation par la chambre de jugement de la Commission de contrôle financier de l’UEFA (ICFC) pour des irrégularités financières présumées que le club réfute. Si la justice interne de l’UEFA condamnait le club, l‘équipe pourrait être privée de la Ligue des champions.

Manchester City a fait appel devant le TAS pour contester “des décisions prises par la Chambre d’instruction de l’ICFC de l’UEFA concernant la supposée non-conformité du club avec les règles du fair-play financier”, a indiqué dans un communiqué le TAS, qui siège à Lausanne.

La plus haute juridiction en matière sportive a ajouté qu’il n‘était “pas possible de dire à quel moment une décision serait rendue”.

“L’accusation d’irrégularités financières reste totalement fausse et le renvoi par la chambre d’instruction de l’ICFC ignore un ensemble complet de preuves irréfutables fournies par le club”, avait fait savoir City le 16 mai, à l’annonce par l’UEFA du renvoi des conclusions de l’enquête de l’ICFC devant sa chambre de jugement.

Jeudi, le quotidien britannique Daily Telegraph estimait peu probable que la chambre de jugement aille contre le rapport de l’enquêteur en chef de l’ICFC, l’ancien Premier ministre belge Yves Leterme. Le rapport, rendu le mois dernier, ferait mention d’irrégularités financières, et son auteur aurait recommandé que City soit suspendu de la Ligue des champions.

Si tel était le cas, l‘équipe de Pep Guardiola pourrait être privée de Ligue des champions potentiellement en 2020/21.

Selon la procédure de l’UEFA, la chambre de jugement de l’ICFC peut classer ce dossier sans suite, disqualifier le club des compétitions européennes, prendre des mesures disciplinaires ou appliquer, rejeter ou amender une décision de l’enquêteur en chef.

Manchester City a s’est déjà vu infliger une amende de 60 millions d’euros en 2014 (dont 20 millions ferme) pour avoir enfreint les règles du fair-play financier (FPF).

Egalement visé pour non-respect supposé des règles du FPF, le Paris-SG a lui remporté une victoire devant le TAS en mars dernier.

Le tribunal avait alors annulé la décision, annoncée en septembre, de l’UEFA, de réexaminer le dossier PSG, initialement classé en juin.

Cette dernière avait ouvert en septembre 2017 une “enquête formelle” pour savoir si le PSG, qui avait recruté à prix d’or le Brésilien Neymar et le Français Kylian Mbappé, respectait les règles du FPF qui contraignent les clubs engagés en compétition européenne à ne pas dépenser plus qu’ils ne gagnent par leurs moyens propres sur trois ans.

Le dossier avait été classé en juin 2018 en première instance avant d‘être ouvert de nouveau en septembre dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.