Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Répression au Soudan: "pas plus de 46 morts", disent les autorités dans un premier bilan

Taille du texte Aa Aa

La répression contre le mouvement de contestation cette semaine au Soudan n’a pas fait “plus de 46 morts”, a affirmé jeudi le gouvernement dans un premier bilan, rejetant les chiffres divulguées jusque-là par un comité proche des manifestants.

Le ministère de la Santé “a démenti (…) que le nombre de morts lors des récents événements ait atteint 100, et assure que le chiffre n’a pas dépassé 46”, a rapporté l’agence officielle Suna.

Selon le comité de médecins proche des manifestants, 108 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées depuis lundi, date de la brutale dispersion d’un sit-in devant le siège de l’armée à Khartoum.

Le Soudan est secoué depuis décembre par un soulèvement populaire inédit qui a conduit au renversement par l’armée de l’ex-président Omar el-Béchir le 11 avril.

La mobilisation s’est toutefois poursuivie, les manifestants réclamant le transfert du pouvoir aux civils.

Les négociations entre la contestation et le Conseil militaire ont achoppé le 20 mai, chaque partie souhaitant prendre la tête de la transition prévue sur trois ans.

Lundi, le sit-in tenu depuis le 6 avril devant le siège de l’armée a été dispersé, le mouvement de contestation dénonçant “un massacre” perpétré par des “milices” du Conseil militaire.

Ce dernier a réfuté tout usage de la “force”, évoquant une “opération de nettoyage” à proximité du rassemblement qui aurait mal tourné.

L’opération a été condamnée par le secrétaire général de l’ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, notamment.

Les soutiens de l’armée, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis en tête, n’ont pas dénoncé la répression mais appelé au dialogue entre les militaires et la contestation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.