Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'Irano-britannique détenue à Téhéran débute une grève de la faim

L'Irano-britannique détenue à Téhéran débute une grève de la faim
Tous droits réservés
REUTERS/Toby Melville
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Devant l'ambassade d'Iran à Londres, l'anniversaire de Gabriella 5 ans, est célébrée. Un geste de défi à l'égard des autorités iraniennes mais aussi de solidarité avec sa mère. L'Irano-Britannique Nazanine Zaghari-Ratcliffe est emprisonnée à Téhéran depuis 2016. Accusée d'avoir participé à des manifestations pour renverser le régime iranien, elle vient d'entamer une grève de la faim pour protester contre sa détention.

"Ce n'est pas le bon moment pour faire une grève de la faim. C'est assez tendu dans le Golfe, nous nous inquiétons pour notre propre situation, nous craignons qu'on nous oublie mais aussi que les choses deviennent trop tendues pour trouver une solution" explique son mari Richard Radcliffe.

Il a exhorté les autorités iraniennes à la libérer immédiatement, permettre à l'ambassade britannique de vérifier son état de santé et, si elle n'était pas libérée dans les prochaines semaines, à lui accorder un visa pour rendre visite à sa femme.

Nazanine "avait promis" que si elle passait le cinquième anniversaire de notre fille en prison, "elle ferait quelque chose pour dire aux deux gouvernements que c'en est assez. Ça a vraiment duré trop longtemps"
Richard Ratcliffe, mari de Nazanine Zaghari-Ratcliffe

"Montrez au monde votre humanité et laissez cette femme innocente rentrer chez elle. Libérez Nazanine", a imploré samedi le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt. "Quels que soient les désaccords que vous ayez avec le Royaume-Uni, il y a une femme innocente au coeur de tout cela", a-t-il ajouté.

Le mois dernier, Londres a déconseillé aux Irano-Britanniques de se rendre en Iran en raison des risques de "détention arbitraire" et de "mauvais traitements" qu'ils courraient dans la République islamique.

"Nazanine est une prisonnière d'opinion, injustement emprisonnée après un faux procès et soumise à toutes sortes de tourments", a déclaré la directrice d'Amnesty International au Royaume-Uni Kate Allen, ajoutant que le sort de Mme Zaghari-Ratcliffe était "vraiment déchirant".

Chef de projet à la Fondation Thomson Reuters liée à l'agence de presse, elle a été arrêtée à l'aéroport de Téhéran alors qu'elle rentrait en Grande-Bretagne. Condamnée à 5 ans de prison, elle ne cesse de clamer son innocence.

avec AFP