PUBLICITÉ

Egypte : polémique après la mort de Mohamed Morsi

Egypte : polémique après la mort de Mohamed Morsi
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parti de la liberté et de la justice de l'ancien président égyptien, le bras politique des Frères musulmans, parle d'un "assassinat", dénonçant dans un communiqué de mauvaises conditions de détention dont "le but était de le tuer à petit feu".

PUBLICITÉ

Mohamed Morsi, l'ancien président égyptien issu des Frères Musulmans est mort lundi. Agé de 67 ans, il est décédé après une audition devant un tribunal du Caire, près de six ans après sa destitution par son successeur Abdel Fattah al-Sissi.

Le leader islamiste était emprisonné depuis sa destitution par l'armée. Il avait été jugé par la suite dans plusieurs affaires dont un dossier d'espionnage au profit de l'Iran, du Qatar et de groupes comme le Hamas à Gaza. Il était également accusé de fomenter des actes de terrorisme.

Quelques heures après sa mort, déjà des polémiques. Le Parti de la liberté et de la justice de Mohamed Morsi, parle d'un "assassinat". Il dénonce dans un communiqué de mauvaises conditions de détention dont "le but était de le tuer à petit feu". L'ONG Amnesty International a demande aux autorités une "enquête immédiate" sur sa mort, qualifiée de "profondément choquante". Et Human Rights Watch dénonce par la voix de sa directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, "l'échec du gouvernement à lui accorder des soins médicaux adéquats, encore moins des visites de sa famille", lui qui était à l'isolement 23 heures par jour.

Le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan, allié de l'ancien président islamiste, lui a rendu hommage, le qualifiant de "martyr". L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a quant à lui exprimé "sa profonde tristesse".

Selon un analyste, la mort de Morsi ne va faire qu'affaiblir les frères musulmans dans la région.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Égypte : Abdel Fattah al Sissi réélu à la tête du pays pour un 3ème mandat

Enfin libre, le militant politique Rami Shaat est arrivé à Paris

Les secrets de la ville d'Amenhotep III, les ruines égyptiennes vieilles de 3 000 ans