The Brief from Brussels : la vague verte de Bruxelles

The Brief from Brussels : la vague verte de Bruxelles
Tous droits réservés
REUTERS/Francois Lenoir
Taille du texte Aa Aa

L'ampleur du succès des écologistes à Bruxelles est une grande première pour la formation politique. Cet engagement pour l’environnement se confirme aussi auprès des habitants. Bertrand Wert vit à une centaine de mètres de l'une des plus grandes voies de circulation de la ville. Il a installé chez lui un dispositif pour mesurer la qualité de l'air. Ce petit appareil placé sur le rebord de la fenêtre permet de suivre en temps réel sur internet "toutes ces stations de mesure décentralisées et individuelles", explique ce militant écologiste. Bruxelles compte seulement 11 stations publiques de mesure de la qualité de l’air. Or celle-ci est "très mauvaise", voire "dangereuse" selon Bertrand.

Dans le jardin commun une cinquantaine de foyers, issus de classes sociales différentes, partagent aussi les bacs pour le compost. Tous les mois, les voisins se retrouvent pour entretenir le dispositif. La matière recyclée est ensuite utilisée pour le potager collectif. Ces deux espaces sont devenus les lieux de rencontre du quartier. "Souvent on ne parle pas la même langue mais on arrive à échanger trois recettes", s’amuse le militant.

La commune d'Ixelles à Bruxelles fait partie de cette vague verte électorale. Pour son bourgmestre, autrement dit le maire, le discours écologiste porte ses fruits car il répond à plusieurs priorités. Il y a bien sûr l’urgence environnementale, mais Christos Doulkeridis insiste aussi sur les engagements sociaux de son parti. "Très ouvertement nous prônons un vivre ensemble qui n'a pas peur de l'autre, de l'étranger, de celui qui ne nous ressemble pas, c’est un discours d'ouverture et de tolérance", assure le responsable politique. Christos Doulkeridis reconnaît que la sociologie urbaine est favorable aux priorités environnementales. Mais les succès électoraux permettent aussi aux écologistes de se faire entendre par les autres partis politiques.

Brèves :

  • Heinz-Christian Strache renonce à son mandat européen

L'ancien dirigeant de l'extrême droite autrichienne ne se poursuivra pas sa carrière politique à l'échelle européenne. Heinz-Christian Strache a été emporté par un scandale de financement occulte avec la Russie et avec lui la coalition gouvernementale dont il était le vice-chancelier. Il renonce aujourd'hui à son mandat de député européen.

  • Des vols retour couteux

Après le renvoi de migrants dans leur pays d'origine, les agents irlandais de l'immigration effectuent leur vol retour en classe affaire. C'est ce que révèle le quotidien the Irish Times. Le gouvernement explique ce choix pour des raisons de sécurité dans les aéroports. Plusieurs dizaines de ces vols reliaient différentes villes européennes comme Francfort ou Amsterdam. Les autorités assurent que la grande majorité de ces déplacements se font en classe économique.

  • L’avion de combat européen du futur

L'Espagne rejoint la France et l'Allemagne pour élaborer la prochaine génération d'avion de combat. Dassault Aviation et Airbus seront en charge de la réalisation de ces appareils. Ils sont destinés à remplacer d'ici 2040 le Rafale français et l'Eurofighter allemand.