La réforme de l'assurance chômage présentée en détail

La réforme de l'assurance chômage présentée en détail
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP-AP-REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette réforme touche à la fois à l'indemnisation, à l'accompagnement des chômeurs, ainsi qu'au portefeuille des entreprises abusant des contrats courts via le bonus-malus, une réforme déjà critiquée de toute part.

PUBLICITÉ

La vaste réforme de l’assurance chômage a été présentée ce mardi par la Premier ministre Édouard Philippe. Elle vise à désendetter l’Unedic et à inciter au retour à l’emploi. Parmi les mesures phares notamment, la mise en place d’une taxation des contrats de travail courts.

"Nous allons instaurer un régime de bonus-malus pour favoriser l'embauche sur des emplois de plus longue durée. Les secteurs économiques que nous avons choisis de cibler sont ceux qui abusent ou en tous cas ceux dont le recours au contrats courts est le plus important", a dit le Premier ministre Édouard Philippe. 

Autre mesure, des indemnités dégressives pour les cadres de moins de 57 ans qui avaient un revenu de travail supérieur à 4 500 euros brut par mois. Ils verront leur indemnisation réduite de 30 % à partir du septième mois.

Par ailleurs, à partir du 1er novembre, il faudra avoir travaillé au moins six mois sur deux ans pour accéder à l’assurance-chômage, contre quatre sur 28 mois actuellement.

Enfin, voir son indemnisation prolongée nécessiter d’avoir travaillé six mois au lieu d'un an pendant sa période de chômage.

Ces deux mesures devraient permettre une économie de 2,85 milliards d'euros, mais cette réforme exaspère les partenaires sociaux.

"Nous sommes face à une réforme qui est archi-perdante pour l'ensemble des demandeurs d'emploi. Nous sommes abasourdis par cette réforme qui est profondément injuste", s'est indigné Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT.

Ces nouvelles mesures doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2020, pour les nouveaux demandeurs d'emploi uniquement. Le gouvernement espère ainsi réussir à atteindre les 7 % de chômage d'ici 2022, voire "le plein-emploi" pour 2025. Il a aussi annoncé un millier de recrutements pendant trois ans à Pôle emploi pour mieux accompagner les chômeurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : le chômage augmente, les salaires restent bas

En Croatie, la fermeture des magasins le dimanche ne fait pas l'unanimité

Les profits du travail forcé ou "esclavage moderne" en hausse de 37% par rapport à 2014 selon l'OIT