Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Boris Johnson toujours favori pour la succession de May

Boris Johnson toujours favori pour la succession de May
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La course à la succession de Theresa May est favorable à Boris Johnson. Le député conservateur a terminé largement en tête du 2e tour de scrutin hier pour l'élection du chef des Tories - qui deviendra Premier ministre. Il a récolté 126 voix des députés conservateurs sur 313. Un nouveau tour est prévu aujourd'hui. Chaque fois le cercle des candidats se restreint, il n'en restera que quatre en lice ce soir, puis deux demain. Hier les cinq candidats ont évoqué lors d'un débat télévisé la date de sortie du Brexit, fixée au 31 octobre. L'accord de retrait négocié par Theresa May a été rejeté trois fois.

" Nous devons sortir de l'UE le 31 octobre, car sinon je crains que nous ne soyons confrontés à une perte de confiance catastrophique en politique. Les Britanniques en ont vraiment ras le bol", a déclaré Boris Johnson.

"Je prendrai un peu plus de temps parce que le Parti conservateur est le parti des affaires, nous sommes le parti de l'Union, nous sommes le parti de l'espoir et je voudrais éviter les perturbations d'une sortie sans accord et le risque d'une élection générale", a ajouté Jeremy Hunt, chef de la diplomatie.

"Si nous nous rendons compte que le 30 octobre nous avons juste besoin de quelques jours de plus pour réussir le divorce. Qui pourrait s'opposer à ce qu'on prenne 24 ou 48 heures de plus ?", a interrogé Michael Gove, ministre de l'Environnement.

"L’une des erreurs commises jusqu’à présent est d’avoir été flexible sur la date de sortie, a déclaré Sajid Javid, ministre de l'Intérieur. Si vous n’avez pas de deadline, vous ne focalisez pas les esprits. Et cela inclut également ceux de nos amis européens. Nous devons donc définir une date, et nous devons nous y tenir. "

Une autre voix, discordante, s'est faite entendre, celle de Rory Stewart :

"Si j'ai la chance d'être votre Premier ministre, je suis convaincu qu'il n'y aura jamais de sortie sans accord. C'est inutile et c'est dommageable", a affirmé Rory Stewart, ministre du Développement international.

Le fougueux Boris Johnson doit présenter un visage plus calme s'il veut gagner, et s'y emploie. Mais il a sûrement aussi à l'esprit que dans l'histoire du parti conservateur, le favori à la place de leader des Tories ne l'a jamais remporté.