Mondial-2019 dames: L'Angleterre tout en maîtrise

L'Anglaise Rachel Daly (g) et la Japonaise Saori Takarada à la lutte en match du Mondial féminin, le 19 juin 2019 à Nice
L'Anglaise Rachel Daly (g) et la Japonaise Saori Takarada à la lutte en match du Mondial féminin, le 19 juin 2019 à Nice Tous droits réservés CHRISTOPHE SIMON
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

L'Angleterre a dominé son sujet et le Japon (2-0) pour s'assurer la première place du groupe D, au Mondial-2019, en ayant pourtant largement fait tourner, mardi à Nice.

En patronnes. Grâce à un doublé d'Ellen White (14, 84), les "Lionesses" ont parfaitement préparé leur 8e de finale, dimanche (17h30) à Valenciennes, contre peut-être la Chine, voire le Cameroun, la Nouvelle-Zélande ou le Chili, en fonction de la répartition des meilleurs troisièmes de groupes.

Deuxièmes, les Japonaises joueront mardi (21h00) à Rennes contre le vainqueur du groupe E, le Canada ou les Pays-Bas.

Cette fois, les coéquipières de la Lyonnaise Lucy Bronze n'ont pas gagné par l'écart le plus court, comme contre l'Écosse (2-1) et l'Argentine (1-0), où elles avaient déjà mieux maîtrisé leurs adversaires que ne l'indiquait le score.

L'Angleterre a fière allure, avec de la variété dans ses attaques, des bonnes frappeuses comme Georgia Stanway, et une défense solide autour de Steph Houghton, qui a contenu les offensives japonaises.

L'équipe est d'autant plus complète que Phil Neville dispose d'un effectif impressionnant: il avait changé huit joueuses par rapport à l'Argentine sans faire baisser le niveau de jeu.

Les Anglaises ont du banc, et du coffre, elles ont aussi dominé les Japonaises physiquement, aidées par la fraîcheur offerte par le roulement opéré par le sélectionneur.

Neville avait notamment changé toute sa ligne d'attaque, la perle Nikita Parris n'est entrée que pour les dix dernières minutes.

- Doublé de White -

Cette fois, Ellen White était en haut de l'affiche. Elle a d'abord marqué sur un beau travail de Georgia Stanway en pivot, qui lui a libéré le ballon pour la lancer vers un duel gagné avec Ayaka Yamashita.

La gardienne japonaise a arrêté presque toutes les autres tentatives. Elle a d'abord empêché coup sur coup le 2-0 en détournant des tirs de Jill Scott (18) et Stanway (19).

Puis elle a encore brillé face à Rachel Daly (34) et Toni Duggan (59).

Mais elle s'est inclinée sur une nouvelle frappe de White.

Les championnes du monde 2011 et vice-championnes en 2015 avaient pourtant tiré les premières, un beau coup franc de Kumi Yokoyama (9), mais ensuite elles ont buté sur l'arrière-garde anglaise.

Elles ont revu le ballon dans la dernière demi-heure, après l'entrée pleine de nerfs de Yuika Sugasawa, qui a eu plusieurs occasions (66, 83).

Les Japonaises n'ont pas pu adoucir leur défaite, Karen Bardsley a gagné un face-à-face difficile avec Saori Takarada (90+1). Dans cette équipe d'Angleterre, même la gardienne est forte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tour de France 2020 : attention ça va grimper !

Chants homophobes dans les stades : nouvelle interruption lors du match Nice-Marseille

Lucien Favre quitte Nice pour Dortmund