CAN-2019: l'arbitrage vidéo utilisé à partir des quarts

L'assistance à l'arbitrage vidéo (VAR) pour le match de phase de groupes du Mondial féminin entre l'Espagne et l'Afrique du Sud, au Havre, le 8 juin 2019
L'assistance à l'arbitrage vidéo (VAR) pour le match de phase de groupes du Mondial féminin entre l'Espagne et l'Afrique du Sud, au Havre, le 8 juin 2019 -
Tous droits réservés
Damien MEYER
Taille du texte Aa Aa

L’assistance à l’arbitrage vidéo (VAR), qui a fait polémique lors de la finale retour de la Ligue des champions africaine, sera employée à partir des quarts de la CAN-2019, a annoncé jeudi le président de la CAF Ahmad Ahmad.

“C’est une mesure de prudence. Quand vous voyez les différents pays qui utilisent la VAR, ils ne se précipitent pas d’aller dès le début. C’est une technologie que beaucoup de gens n’utilisent totalement pas encore”, a déclaré le patron de l’instance organisatrice depuis Le Caire, à la veille du match inaugural entre l’Egypte et le Zimbabwe.

“Au début, c‘était prévu pour les demi-finales, mais nous avons exigé qu’il faut aller un peu plus en avant. Le comité exécutif a décidé pour les quarts de finale, pour que ce soit une réussite”, a-t-il poursuivi.

Son annonce était attendue depuis la polémique liée à la VAR qui a empoisonné la finale retour de la C1 entre l’Espérance de Tunis et le Wydad Casablanca, et plus largement l’image du football africain, fin mai.

Dans une décision inédite, la CAF avait tranché pour faire rejouer ce match que les Marocains, excédés, avaient quitté en seconde période après une panne de la VAR qui aurait dû leur valider un but refusé pour hors-jeu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.