DERNIERE MINUTE

Présidentielle en Mauritanie: la campagne jusqu'au bout

Des électeurs font la queue pour voter à l'élection présidentielle mauritanienne, le 22 juin 2019 à Nouakchott
Des électeurs font la queue pour voter à l'élection présidentielle mauritanienne, le 22 juin 2019 à Nouakchott -
Tous droits réservés
Sia KAMBOU
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Tout sourire, devant le stade de Nouakchott, des militantes en voile coloré scandent le nom de leur candidat à la présidentielle et exhibent des exemplaires de bulletins de vote avec sa case cochée. En Mauritanie, les équipes de campagne se mobilisent jusqu‘à la dernière minute pour rallier les électeurs.

“Ghazouani, Ghazouani!”, s‘époumonent plusieurs jeunes filles, dont l’une porte un gilet jaune par-dessus un tee-shirt à l’effigie de Mohamed Cheikh El-Ghazouani, le candidat du pouvoir, qui a voté plus tôt dans un des bureaux installés dans l’enceinte sportive.

A quelques mètres, les membres de la police antiémeute déployés en force autour du stade ne remarquent même pas cette entorse à la loi électorale, puisque la campagne est officiellement close depuis jeudi soir.

Dans un communiqué, l‘équipe du principal candidat de l’opposition, Sidi Mohamed Ould Boubacar, ancien chef de gouvernement de transition (2005-2007), a dénoncé une série d’“irrégularités dès les premières heures du scrutin” samedi, dont la “diffusion de slogans devant les bureaux de vote”.

Devant l‘école où ont voté dans la matinée M. Ould Boubacar et un autre candidat, l’opposant historique Mohamed Ould Moloud, ce sont pourtant de jeunes sympathisantes de l’opposition qu’un journaliste de l’AFP a vues présenter aux arrivants des fac-similés de bulletin de vote.

“Je ne fais rien de grave, regardez en face, ils font pareil”, s’est défendue l’une d’entre elles, montrant du doigt des militants du pouvoir, eux aussi occupés à démarcher les électeurs.

- Bulletin de vote unique à cocher –

Lors de l’ultime rassemblement de campagne du candidat du camp présidentiel, un petit avion a survolé à plusieurs reprises la foule pour larguer des papillons en papier représentant le bulletin de vote pour M. Ghazouani à glisser dans l’urne.

Samedi, chaque électeur doit cocher sur un bulletin unique le nom d’un des candidats, numérotés de un à six. Chacun est illustré par sa photo et un symbole (balance, épi de blé, lion, clé, théière, bovin).

Le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a personnellement adoubé M. Ghazouani, a mis en garde contre un “retour en arrière”, aux périodes d’instabilité et de violences interethniques que le pays a connues, si son compagnon d’armes de toujours n‘était pas élu.

Mais l’opposition voit dans cette éventuelle passation de pouvoirs entre deux ex-généraux une volonté de perpétuation d’un régime “militaire”. Ses candidats se déclarent persuadés de la “volonté de changement” des Mauritaniens, après plus de dix ans de pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz, mais disent redouter des fraudes.

S’il est largement crédité du rétablissement de la stabilité dans ce pays du Sahel frappé dans les années 2000 par les attaques jihadistes, le pouvoir actuel essuie de nombreuses critiques pour son bilan en matière de droits humains.

Interviewé par les envoyés spéciaux d’un média international, un citoyen explique son aspiration au changement par les difficultés de la vie quotidienne: “La Mauritanie souffre”, dit-il.

“La Mauritanie souffre”, répète une serveuse en entendant ces propos, “mais qui ose parler?”, s’exclame-t-elle, en écho aux atteintes à la liberté d’expression dénoncées par les organisations de défense des droits de l’homme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.