Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'Union fait la force contre les feux de forêt à l'approche de l'été

L'Union fait la force contre les feux de forêt à l'approche de l'été
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne a renforcé ce printemps, son mécanisme de protection civile en créant une nouvelle réserve contre les feux de forêt. Ses unités se sont récemment entraînées en Croatie.

Les feux de forêt ont ravagé 200.000 hectares depuis le début de l'année dans l'Union européenne alors que la saison des incendies débute à peine. C'est plus que le bilan total de l'année dernière qui s'élevait à 135.000 hectares touchés. Seuls six Etats membres avaient été épargnés. Les feux de forêt ont causé la mort de plus de 100 personnes en Grèce l'an dernier.

Il y a quelques semaines, près d'une centaine de véhicules, un hélicoptère, deux canadairs et quelque 300 pompiers venus de sept pays européens ont rejoint l'île de Cres en Croatie. Leur mission ce jour-là : participer à une simulation de feux de forêt organisée sur quatre jours et ayant pour nom, CRES-MODEX 2019.

À l'approche de l'été, saison propice aux incendies, il s'agissait d'entraîner les secours dans un environnement réaliste à mener ensemble des missions internationales. Une fois le centre opérationnel installé, les unités ont eu un mot d'ordre prioritaire : la coopération.

Certains comme Nikola Tramontana, spécialiste de la protection civile croate, étaient chargés de donner les instructions : "Là-bas, il y a des pompiers slovènes. Je vous ai déjà dit qu'ils sont sur place et maintenant, il faut aller les remplacer," a-t-il indiqué à un participant.

"Pour que des équipes qui viennent de plusieurs pays et qui parlent des langues différentes travaillent ensemble dans un même objectif," nous a précisé Victor Fernández, de l'équipe espagnole de spécialistes de la lutte contre les feux de forêt, "il faut avoir une méthodologie. Cet exercice nous permet d'améliorer la manière dont on coopère pour qu'on soit beaucoup plus efficace en situation réelle," a-t-il estimé.

Un même langage

Lors de l'exercice, les unités assurant des gardes de 24 heures sont intervenues sur des simulations de feux simultanés dans plusieurs secteurs de l'île à l'image de ce qui s'est produit au Portugal et en Grèce. Certains faisaient évoluer le scénario pour rendre l'opération la plus difficile et la plus réaliste possible. Ainsi, un capitaine donnait des consignes à un coéquipier étranger : "Donc vous devez repousser cet incendie et l'empêcher de monter sur la gauche, sur le flanc est pour protéger le village."

L'exercice ne concernait pas les méthodes à utiliser pour éteindre un incendie, mais le travail en commun selon une stratégie, la planification d'activités tactiques et la gestion d'équipes internationales sur un territoire inconnu.

Lors d'une opération de recherche, en particulier, les pompiers ont dû respecter des techniques européennes standardisées pour que malgré les barrières de la langue, tout le monde parle le même langage. Un pompier grec nous a montré un ruban en plastique accroché sur une maison : "Cela veut dire que cette zone a été vérifiée et qu'on peut continuer les recherches ailleurs," nous a-t-il précisé.

Réserve européenne

Ces équipes font partie des forces qui peuvent être déployées dans le cadre du mécanisme de protection civile de l'Union européenne.

Depuis 2001, ce système a été activé plus de trois cent fois sur des situations d'urgence qui dépassent les capacités de réaction d'un pays à l'intérieur de l'Union et à travers le monde.

Ce printemps, le dispositif a été renforcé par la mise en place d'une réserve européenne baptisée RescEU et composée de bombardiers d'eau et d'hélicoptères et par de nouvelles mesures de prévention des catastrophes.

Commissaire européen à l'aide humanitaire et la gestion des crises, Christos Stylianides rencontré sur place a déclaré : "Il est clair que grâce à RescEU, nous pouvons nous améliorer et renforcer notre gestion effective et efficace des catastrophes naturelles. De tels désastres n'ont pas de frontières et nous devons trouver les moyens d'y faire face," a-t-il ajouté. "Et puis, de la même manière, la solidarité européenne n'a pas de frontières," a-t-il souligné.

Nouvelles technologies

Un exercice comme celui-là a aussi donné l'occasion de tester des technologies appliquées à la protection civile. Une équipe de spécialistes espagnols a ainsi apporté un nouveau système d'évaluation des incendies.

"C'est un outil très simple pour visualiser la situation," a assuré Rodrigo Álvarez de l'équipe espagnole de conseil et d'évaluation dans la lutte contre les feux de forêt. "Le fait qu'il soit simple, c'est essentiel : il suffit de jeter un œil pour savoir comment le terrain est configuré, comment le feu est en train de se comporter, quel est son périmètre actuel et comment il va évoluer," a-t-il expliqué.

La plupart des feux de forêt ont pour origine, l'activité humaine, une mauvaise gestion des forêts et la dégradation des écosystèmes. Raison pour laquelle la prévention reste déterminante pour protéger les populations et la végétation.