Les Algériens manifestent malgré l'appel au dialogue du pouvoir

Alger, le 5 juillet 2019
Alger, le 5 juillet 2019
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce vingtième vendredi de mobilisation coïncide avec l'anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

PUBLICITÉ

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues d'Alger à l'occasion du vingtième vendredi consécutif de mobilisation ; un vendredi qui coïncide avec la fête de l'indépendance de l'Algérie. D'autres villes du pays ont également fait l'objet de fortes mobilisations.

Depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, les Algériens réclament le départ de tous les proches de l'ex chef de l'Etat, notamment le chef d'état major de l'armée Ahmed Gaïd Salah.

Mercredi, le président par intérim, Abdelkader Bensalah dont le mandat expire dans quelques jours, a proposé la création d’une instance de dialogue pour organiser une présidentielle dans laquelle l'armée ne s'impliquerait pas. 

Un premier scrutin présidentiel, initialement prévu le 4 juillet n'a pas pu avoir lieu, il a été reporté à une date ultérieure par le Conseil constitutionnel, faute de candidat. Malgré l'appel du président par intérim à la discussion, la mobilisation est restée forte ce vendredi. De nombreuses personnalités avaient appelé la population à participer à cette manifestation, alors que des échauffourées ont été constatées lors de la fin de la mobilisation dans la capitale. Un important dispositif policier avait été mis en place.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Algérie : nouvelle manifestation pour réclamer la "fin d'un système"

Algérie : l'ex-Premier ministre Sellal écroué

Algérie : nouveau report de la présidentielle