EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Algérie : nouveau report de la présidentielle

Manifestant à Alger, le 31/05/2019
Manifestant à Alger, le 31/05/2019 Tous droits réservés REUTERS/Ramzi Boudina
Tous droits réservés REUTERS/Ramzi Boudina
Par Olivier Peguy
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le conseil constitutionnel estime impossible d'organiser le scrutin le 4 juillet.

PUBLICITÉ

En Algérie, l'élection présidentielle prévue le 4 juillet est impossible à organiser à cette date. C'est le conseil constitutionnel que l'a fait savoir ce dimanche.

**         >> Le communiqué du Conseil constitutionnel**

Il a rejeté les deux seuls dossiers de candidature qui avaient été déposés. Le Conseil constitutionnel renvoie la balle au chef de l’État par intérim pour qu'il organise cette élection "dans la transparence et la neutralité".

A l'origine, la présidentielle devait avoir lieu le 18 avril. Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, avait fait savoir qu'il comptait briguer un 5ème mandat. Mais il avait fini par renoncer, le 11 mars, face au mouvement de contestation populaire, reportant sine die la présidentielle.

Le 9 avril, une semaine après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, le président par intérim avait fixé la présidentielle au 4 juillet.

Gaïd Salah, l'homme fort du pays

Officiellement, l'intérim à la tête de l’État est assuré depuis le 9 avril par Abdelkader Bensalah, président de la Chambre haute du Parlement. Mais dans les faits, le pouvoir est entre les mains du général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée depuis quinze ans.

Cacique du régime Bouteflika, Gaïd Salah est honni par une partie de la population qui manifeste depuis plus de 3 mois chaque vendredi. Des manifestants qui réclament la fin de tout un système mêlant corruption et népotisme.

Ce vendredi, pour le 15ème "vendredi de la colère", ils ont défilé dans la capitale Alger et dans les grandes villes du pays.

- avec agences -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Algériens manifestent malgré l'appel au dialogue du pouvoir

Algérie : les (sobres) funérailles de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika

Mort d'Abdelaziz Bouteflika : autorités embarrassées et citoyens hostiles