Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

France : peut-être bientôt des ordinateurs dans les cellules des prisons

France : peut-être bientôt des ordinateurs dans les cellules des prisons
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Chaque cellule de prison, en France, pourrait bientôt être équipée d'ordinateur. L'objectif est simple, permettre aux détenus d'effectuer leurs démarches en ligne et d'interagir plus facilement avec l'administration pénitentiaire. Bien entendu, aucun accès à internet ne sera rendu possible, il s'agit uniquement de mettre en place un "intranet" propre à la prison. Les détenus pourront également passer des commandes pour la cantine ou encore réserver des temps de parloirs, etc.

Selon le journal Le Parisien, ce nouveau dispositif est déjà en cours d'expérimentation dans des établissements carcéraux à Dijon, Meaux et Nantes. Si l'expérience se révèle concluante, tous les détenus pourront en disposer d'ici 2022. Le projet qui verrait donc le jour dans trois ans nécessiterait un budget global de 530 millions d'euros.

Des syndicats partagés

Ce nouveau système fait réagir les syndicats qui sont très partagés sur la question. D'un côté ceux qui perçoivent cette annonce comme un moyen de soulager la tâche administrative du personnel carcéral. Et de l'autre, ceux qui craignent que les machines ne remplacent les employés. Les avis divergent, mais tous s'entendent tout de même sur un point. D'après eux, la mise en place de ces dispositifs au sein des cellules entraînerait des problèmes de sécurité. D'après les gardiens, les détenus pourraient détourner le système afin de créer un contact avec l'extérieur.

Un système déjà implanté en Belgique

En Europe, plusieurs prisons belges disposent déjà d'un système similaire grâce auquel les détenus peuvent effectuer toutes leur démarches via une plateforme. Mais en 2014, une faille avait permis aux personnes incarcérées d'avoir accès à internet. Le dispositif avait alors dû être repensé.