Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Donald Trump condamné pour ses propos racistes par 240 élus

Donald Trump condamné pour ses propos racistes par 240 élus
Tous droits réservés
REUTERS/Leah Millis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président des Etats-Unis symboliquement sanctionné pour ses attaques racistes envers 4 élues démocrates.

A 240 voix pour et 187 contre, la chambre basse du congrès américain a condamné fermement, je cite, "les commentaires racistes de Donald Trump qui légitiment et accentuent la peur et la haine des nouveaux américains et des personnes de couleur".

Depuis trois jours, cette polémique a éclipsé tout le reste à Washington. Un élu démocrate avait même présenté une résolution pour lancer une procédure d'impeachment :

"Il a été démontré que Donald Trump est inapte à la présidence des Etats-Unis. Il est inapte à représenter les valeurs américaine de décence et de moralité, de respect et de civilité, d'honnêteté et de bienséance, de réputation et d'intégrité, il est inapte à défendre les idéaux qui ont fait la grandeur des États-Unis."

Mais Al Green, élu démocrate au Texas n'aura finalement pas été entendu.

Quatre élus républicains ont cependant voté en faveur de la condamnation des propos racistes de Donald Trump.

Tout est parti d'une série de tweets dimanche, dans lesquels le président américain a conseillé à plusieurs élues démocrates, dont trois sont nées aux Etats-Unis, de "retourner" dans "les endroits totalement défaillants et infestés par la criminalité dont elles viennent"....

Trump avait rajouté de l'huile sur le feu en les accusant de haïr l'Amérique et en les réinvitant à quitter les Etats-Unis puis en ayant ce commentaire depuis la Maison Blanche :

"C'est à elles de voir, qu'elles ailles où elles veulent, mais elles devraient aimer leur pays, elles ne devraient pas haïr leur pays."

A l'approche de la présidentielle de novembre 2020, Donald Trump semble plus déterminé que jamais à galvaniser sa base électorale (très majoritairement blanche), et à tout faire pour alimenter les divisions chez ses adversaires politiques.