Frans Timmermans se moque des "idiots" du Brexit

Frans Timmermans se moque des "idiots" du Brexit
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour Franz Timmermans, les ministres britanniques couraient dans tous les sens "comme des idiots" au début des négociations sur le Brexit. "Garçon stupide", lui a tout simplement répondu le vice-ministre britannique.

PUBLICITÉ

Echange d'amabilités entre le vice-président de la commission européenne et un ministre délégué au Brexit au Royaume-Uni. Pour Franz Timmermans, les ministres britanniques couraient dans tous les sens "comme des idiots" au début des négociations sur le Brexit. "Garçon stupide", lui a tout simplement répondu Martin Callanan.

Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne :

"La première fois que j'ai entendu les déclarations publiques de David Davies, et qu'il ne venait pas négocier, restait dans son coin, je me suis dit, oh mon Dieu, ils n'ont pas de plan. Ils n'ont pas de plan. Ce qui était vraiment choquant, parce que bonjour les dégâts, si vous n’avez pas de plan et que vous savez que nous savons, et le temps passe. Vous n’avez pas de plan, vous savez, c'est comme ce que dit le Caporal Jones dans la série télé : Ne paniquez pas. Arrêtez de courir comme des idiots."

Réponse cinglante de Martin Callanan, le vice-ministre britannique du Brexit :

"Je pense que M. Timmermans doit cesser avec les insultes puériles et s'il est un si grand fan de ce feuilleton, il devrait connaître la réplique du capitaine Mandrake à de tels commentaires : Stupide garçon."

C'est Boris Johnson, sans surprise, qui devrait prendre la place de Theresa May dans les jours qui viennent. Il a promis de se retirer de l'UE d'ici novembre, quoi qu'il advienne. Mais les députés britanniques lui ont envoyé un message clair ce jeudi, en votant un texte qui obligera le Premier ministre à les consulter avant de mettre en place un éventuel Brexit sans accord.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions

Le gouvernement britannique accusé de faire peur aux citoyens de l'UE pour qu'ils quittent le pays