Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Accord de paix historique au Mozambique

Accord de paix historique au Mozambique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ce jeudi était un jour historique pour le Mozambique, avec la signature d'un accord de paix, tournant définitivement la page de décennies de guerre civile.

Côte à côte, Filipe Nyusi, le président du pays, et Ossufo Momade, le chef de la Renamo, l'ex-rébellion, devenue principal parti d'opposition.

La cérémonie s'est déroulée dans le Parc national de Gorongosa, dans le centre du pays.

Les deux leaders se sont donné une accolade après la signature de l'accord, et avant de prononcer leur discours.

C'est une nouvelle ère qui s'ouvre aujourd'hui dans notre pays, une ère dans laquelle aucun Mozambicain ne devrait avoir recours à la violence armée pour résoudre les différends.
Filipe Nyusi
Président du Mozambique
Nous avons perdu des concitoyens et nous avons permis des sacrifices de part et d'autre, mais nous avons pu identifier ce qui nous unit en tant que Mozambicains : la paix et la réconciliation nationale.
Ossufo Momade
Chef de la Renamo

Des décennies de guerre civile

La première guerre civile a éclaté peu après l'indépendance du pays en 1975.

La Renamo, Résistance nationale du Mozambique, avait combattu le gouvernement dirigé par le Front de libération du Mozambique. Ce conflit allait durer 16 ans, et faire près d'un million de morts.

En octobre 2013, la Renamo a déclaré la fin de l'accord de paix, après un raid de l'armée contre son camp dans la brousse à Sathundjira, dans le centre du pays. Les hostilités ont alors repris entre les forces gouvernementales et les combattants de la Renamo, de 2013 à 2016.

L'accord de paix signé ce jeudi prévoit un vaste désarmement et l'intégration des anciens combattants rebelles au sein de l'armée et la police.

Visite du pape François

Cette journée historique intervient quelques semaines avant la visite du pape François dans le pays. Une visite placée officiellement sous le signe de "l'espérance, la paix et la réconciliation".