Ebola en RDC, inquiétude dans toute la région

Goma (République démocratique du Congo), 01/08/2019
Goma (République démocratique du Congo), 01/08/2019 Tous droits réservés REUTERS/Djaffer Sabiti
Par Olivier Peguy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les derniers développements de l'épidémie d'Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) suscitent inquiétude et vigilance renforcée dans tous les pays frontaliers.

PUBLICITÉ

Un quatrième cas d'Ebola a été confirmé ce jeudi à Goma dans l'est de la RDC. "Ce nouveau cas est la femme de l'homme qui est décédé hier matin. Nous sommes en train d'effectuer les investigations autour de ce cas", a déclaré à l'AFP le Dr Boubacar Diallo, coordonnateur en charge de la surveillance de cette épidémie pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Face à cette épidémie, le Rwanda a fermé ce jeudi pendant plusieurs heures sa frontière avec la République démocratique du Congo. Goma est une grande métropole qui se trouve exactement à la frontière entre les deux pays. Et les mouvements de population y sont nombreux en temps normal.

La décision de Kigali de verrouiller sa frontière illustre bien l'inquiétude face à une épidémie difficile à circonscrire.

L'OMS reconnaît avoir recommandé aux pays frontaliers, une vigilance accrue. Cela concerne, en plus du Rwanda, le Soudan du Sud, le Burundi, et l'Ouganda.

Frontières poreuses, mouvements de populations

Le docteur Gaston Tshapenda est un des responsables de lutte contre Ebola à Beni (province du Nord-Kivu, RDC). Cela fait un an que l'épidémie sévit dans cette région. Il explique pourquoi il est si difficile d'en venir à bout.

Les mouvements de populations sont très importants dans toute cette zone, et aussi avec les pays voisins. Et c'est bien là une des raisons pour lesquelles cette épidémie dure si longtemps.
Dr. Gaston Tshapenda
Coordinateur de la lutte contre Ebola à Beni

Campagne de sensibilisation en Ouganda

A quelques kilomètres de là, l'Ouganda.

Deux cas d'Ebola y avaient été détectés en juin. Des malades en provenance de la RDC.

Alors, les autorités ont renforcé les campagnes d'information et de prévention, notamment les camps qui accueillent des réfugiés congolais. Ainsi, le centre de Kyangwali, dans la province de Hoima.

Aron Balagade est membre de l'équipe de lutte contre Ebola. "On utilise des thermomètres à infrarouge sur ceux qui viennent d'arriver, explique-t-il. Ceux qui ont de la fièvre sont sous surveillance durant 21 jours. C'est comme ça qu'on surveille le risque d'Ebola."

Les Nations-Unies, les donateurs et Ebola

A l'ONU, on assure suivre de près l'évolution sanitaire sur le terrain.

Le porte-parole du secrétaire général a même déjà lancé un appel aux donateurs pour qu'ils mettent la main au portefeuille afin d'accroître les moyens de lutte contre l'épidémie.

- avec agences -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Inondations dans l'est de la RDC : le bilan s'alourdit à près de 400 morts

Les Casques bleus de l'ONU ne sont plus les bienvenus en RDC

Des premiers cas du virulent virus de Marburg ont été détectés au Ghana