DERNIERE MINUTE

Russie: deux morts après une explosion sur une base militaire du Grand Nord

Russie: deux morts après une explosion sur une base militaire du Grand Nord
Taille du texte Aa Aa

Une explosion sur une base de lancement de missiles dans la région d'Arkhangelsk, dans le Grand Nord russe, a fait deux morts et au moins six blessés jeudi, a annoncé l'armée russe, assurant qu'aucune contamination radioactive n'était à déplorer, malgré l'enregistrement d'un léger pic de radiations.

Dans un communiqué transmis aux agences de presse russes, le ministère de la Défense a indiqué qu'un accident a eu lieu lors de l'essai d'un "moteur-fusée à ergols liquides", ajoutant que deux "spécialistes sont morts des suites de leurs blessures" et six ont été blessées dans cette explosion.

"Il n'y a pas de contamination radioactive", ont confirmé l'armée russe et un porte-parole du gouverneur de la région d'Arkhangelsk. "De notre côté, toutes les actions nécessaires ont été prises, le système de santé est prêt à apporter de l'aide aux blessés s'ils se déclarent", a ajouté ce dernier.

Une base d'essais de missiles balistiques

Le gouverneur de la région d'Arkhangelsk Igor Orlov avait d'abord annoncé à l'agence TASS "des blessés", ajoutant que les services de secours ont été envoyés vers la petite ville de Nionoksa, où est située la base.

La base militaire de Nionoska est une base d'essais de missiles de la flotte russe ouverte en 1954, où sont notamment testés des missiles balistiques.

Cette semaine, l'armée russe a déjà dû affronter l'incendie d'un dépôt de munitions dans la région de Krasnoïarsk en Sibérie, qui a causé des explosions impressionnantes envoyant des débris à des kilomètres à la ronde et faisant un mort et au moins huit blessés. Un autre dépôt de munitions avait explosé cette semaine dans la région de Krasnodar.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.