Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Guerre commerciale Chine USA : les terres rares au cœur du conflit

Xi Jinping attend Donald Trump - Osaka, 29 juin 2019
Xi Jinping attend Donald Trump - Osaka, 29 juin 2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Kevin Lamarque/File Photo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les terres rares sont devenues l’élément clé de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Il y a quelques jours, l'Association chinoise de l'industrie des terres rares a protesté contre les nouvelles taxes douanières imposées par Donald Trump, accusant Washington de "harcèlement". Pékin a par ailleurs souligné que ces taxes devaient être payées par les consommateurs et le marché américain.

Actuellement, environ 80% des métaux précieux utilisés par les États-Unis sont importés de Chine. Même si la production américaine est l’une des plus importantes au monde (15 000 tonnes en 2018 juste derrière l’Australie), elle reste insignifiante par rapport à la Chine (120 000 tonnes par an).

Pourquoi les terres rares sont-elles si précieuses ?

Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium 21Sc, l'yttrium 39Y et les quinze lanthanides.

"Contrairement à ce que suggère leur nom, elles ne sont pas rares. Elles sont appelées ainsi alors qu'elles abondent dans la nature, comparées à d'autres éléments ou composites comme la pyrite ou l'or", explique Juan Diego Rodríguez-Blanco, minéralogiste et professeur au Trinity College de Dublin.

Présentes dans la croûte terrestre, les terres rares sont prisées pour leur utilisation dans l'électronique grand public et les énergies renouvelables, telles que les éoliennes et les voitures électriques.

"Elles sont essentielles à la technologie" indique Rodríguez-Blanco. Cela a créé "une concurrence géopolitique" car ces métaux sont devenus "très précieux" précise-t-il.

Le plus grand gisement de terres rares du monde est situé à Bayan Obo, une ville minière du nord de la Chine. Ce site extrait environ la moitié des métaux rares depuis 2005.

"L'Holmium est utilisé pour fabriquer des barres de contrôle dans l'industrie nucléaire, les micro-ondes, etc. Le néodyme est utilisé pour fabriquer des aimants très puissants, des robots, des voitures, des disques durs et des éoliennes", explique Rodríguez-Blanco, ajoutant que les terres rares sont également utilisées dans les industries aérospatiales et militaires pour la fabrication de verre résistant, d'additifs pour carburant et de lasers.

En plus de la technologie, ces éléments sont également utilisés dans la recherche médicale ainsi que dans certains traitements du cancer du poumon, de la prostate et des os.

Utiles mais difficile à obtenir

Bien que ces éléments ne soient pas «rares» comme leur nom l'indique, leur extraction et leur traitement ultérieur sont très complexes et coûteux. Selon l'US Geological Survey (USGS), il est difficile de trouver une quantité substantielle d'éléments prêts à être extraits car ceux-ci sont largement dispersés dans les sols.

Par conséquent, des méthodes nocives sont utilisées, telles que l'extraction à l'aide de solvants organiques, la séparation magnétique ou l'utilisation de températures élevées d'environ 1 000 degrés.

"Ce sont des méthodes très inefficaces et agressives pour l'environnement. Plus de 50% des métaux sont perdus lors du processus de séparation", indique Rodríguez-Blanco.

Dans de nombreux cas, les eaux usées de la mine ont une concentration de terres rares supérieure à celle des roches. Mais "il n’existe pas de méthodes efficaces" pour recycler ces eaux. "Elles sont si chères qu’il n’est pas logique de les appliquer», a déclaré le professeur.

Seulement 1% des terres rares sont recyclées, et leur extraction a un coût environnemental élevé. Certains procédés utilisent des acides pour la séparation et la combustion à haute température dégage du CO2.

«Les éléments de terres rares ont souvent un élément radioactif - le thorium. Ce ne sont pas de fortes concentrations, mais nous ne savons pas en quoi cela peut affecter l'environnement et les habitants des environs », a déclaré le minéralogiste.

Un élément clé du commerce international

La Chine est consciente de disposer d'une arme puissante dans la guerre commerciale contre les États-Unis car Washington est fortement dépendante des exportations chinoises de terres rares.

La visite du président chinois Xi Jinping dans une usine de production à la fin du mois de mai a suscité toutes sortes de spéculations et stimulé les marchés internationaux.

Selon les données du gouvernement américain, la Chine héberge environ 36,7% de la réserve de terres rares connue dans le monde et produit 70,6% du total de ces métaux. Si Pékin mettait un terme aux exportations, les sociétés occidentales manqueraient d'éléments pour leur production.

Le Parti communiste chinois a laissé entendre qu'il envisageait de restreindre l'exportation de terres rares. “Ne sous-estimez pas la capacité chinoise de contre-attaquer. Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenu », a-t-il déclaré dans le journal officiel du parti.

Mais certains pays qui disposent de grandes quantités d'éléments de terres rares pourraient répondre aux besoins des marchés américains et européens et mettre fin à l'hégémonie chinoise une fois pour toutes. Mais ces extractions impliqueraient "une phase complexe de recherche", a déclaré Rodríguez-Blanco.

"Les terres rares ont la particularité que leurs gisements ont été formés de manière complètement différente, de sorte que les méthodes utilisées pour les extraire ne peuvent pas être exportées vers d'autres pays." Par exemple, la manière de séparer les minéraux de Bayan Obo serait totalement inutile dans un gisement australien, a expliqué Rodriguez-Blanco.