Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Russie dénonce un test de missile américain

La Russie dénonce un test de missile américain
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Selon l'armée américaine qui a diffusé des images mardi, les Etats-Unis ont réussi leur premier test de missile de portée intermédiaire depuis la Guerre froide.

L'essai a été effectué dimanche depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, à 14h30. Selon le Pentagone, il s'agit d'une "variante d'un missile de croisière d'attaque sol-sol Tomahawk".

Cette annonce a provoqué la colère de la Russie. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a dénoncé une "escalade des tensions militaires" tout en assurant que Moscou "ne cédera pas à la provocation". La Chine a de son côté déploré "une escalade des confrontations militaires" qui "aura de graves conséquences négatives pour la sécurité régionale et internationale".

Ce lancement intervient moins d'un mois après l'abolition du traité de désarmement INF, qui interdisait à Moscou et à Washington l'usage de missiles terrestres d'une portée de 500 à 5.500 kilomètres.

La course aux armements relancée ?

Le traité, signé en 1987, avait ces derniers mois été dénoncé par les gouvernements américain et russe, les deux pays s'accusant mutuellement de violer le traité.

La course aux armements semble donc relancée entre les deux rivaux de la Guerre froide. En visite en France lundi, Vladimir Poutine a reproché à Washington l'échec des pourparlers sur la maîtrise des armements.

"Je voudrais rappeler que ce n'est pas la Russie qui s'est retirée unilatéralement du traité de défense antimissile, ce n'est pas nous qui nous sommes retirés du traité INF, a déclaré le président russe au Fort de Brégançon. La question de la prorogation du traité START, sur les armes stratégiques offensives reste à l'ordre du jour. Mais jusqu'à présent, nous n'avons vu aucune initiative de nos partenaires américains, même si nos propositions sont sur la table."

Dernier accord bilatéral encore en vigueur, le traité START a pour but de maintenir les arsenaux nucléaires des Etats-Unis et de la Russie bien en deçà du niveau de la Guerre froide. Il doit arriver à échéance en 2021.