Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La transition politique en marche au Soudan : nomination du conseil souverain

La transition politique en marche au Soudan : nomination du conseil souverain
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La transition du Soudan vers un pouvoir civil s'est finalement mise en route... Le conseil souverain a été formé pour diriger le pays pendant un peu plus de trois ans. Ce mardi soir, à Khartoum, le porte-parole du conseil militaire a donné les noms des 11 membres du conseil souverain, 6 civils et 5 militaires. Un nouvel organe qui sera mené par l'actuel chef du conseil militaire de transition, le général Abdel Fattah al-Burhane pendant 21 mois. Les 18 mois restants, ce sera un civil qui en prendra la tête, mais son nom n'a pas encore été confirmé.

Le conseil souverain devra ensuite former un gouvernement dont la composition doit être annoncée la semaine prochaine, le 28 août. Un parlement de transition sera également constitué.

Après l'explosion de joie à la signature d'un nouvel accord samedi, tous auront alors la lourde et difficile tâche de redresser une économie exsangue et de pacifier le pays, autrement dit superviser la transition politique qui doit permettre au pays de tourner la page de trois décennies de règne du général Omar el-Béchir.

Béchir a été destitué le 11 avril dernier après quatre mois de manifestations et des mois de tensions entre l'armée et les protestataires. Ces manifestations avaient d'abord été organisées pour contester le prix du pain puis contre le président et des généraux et ont été réprimées dans le sang : 250 personnes ont été tuées depuis le 19 décembre.

Le procès pour corruption d'Omar el-Béchir a commencé en début de semaine. C'est un événement inimaginable pour les deux tiers des soudanais qui n'ont connu que lui au pouvoir depuis leur naissance.

REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah
Procès d'Omar el-Béchir le 19 août 2019REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah