DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Volte-face de Bolsonaro, qui accepte finalement une aide de l'étranger

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Volte-face de Bolsonaro, qui accepte finalement une aide de l'étranger
Taille du texte Aa Aa

Jair Bolsonaro a changé d'avis en quelques heures. Le président du Brésil se dit finalement "ouvert" à une aide financière "d'organisations étrangères et même de pays" pour lutter contre les incendies en Amazonie mais à condition de contrôler les fonds. Il avait auparavant rejeté une offre du G7.

En revanche, Jair Bolsonaro persiste à réclamer des excuses de la part d'Emmanuel Macron, estimant que le président français l'a "insulté". Il se dit prêt, ensuite, à discuter d'une éventuelle aide du G7. Le chef d'Etat français avait dit regretter que son homologue brésilien ait menti sur ses engagements environnementaux. Emmanuel Macron a rappelé lundi soir la proposition du G7.

"Ce matin, a-t-il déclaré, nous avons lancé, et ça c'est une vraie avancée liée à ce G7 et qui a été permise par tout le monde - en particulier le président chilien que j'avais invité parce qu'il est très engagé sur le climat - on a lancé une initiative forte sur l'Amazonie. En faisant quoi ? On mobilise vingt millions d'euros pour aider tous les États qui sont en train d'avoir la forêt qui brûle parce qu'il n'y a pas qu'au Brésil, il y a plusieurs autres États."

Le ton avait commencé à monter entre les deux hommes après un commentaire irrespectueux de Jair Bolsonaro sur l'épouse du président français. L'écrivain Paulo Coelho a tenu à présenter ses excuses dans une vidéo sur Twitter.

"C'est un moment de ténèbres au Brésil, a affirmé l'auteur de L'Alchimiste. Ca va passer comme la nuit passe, un jour. Mais c'est un moment de ténèbres et je vous demande mes excuses. Pardonnez-moi, pardonnez-moi mille fois."

Lundi soir, Emmanuel Macron a rencontré près de Biarritz le chef indigène Raoni, figure du combat pour les droits des communautés autochtones. Une "bonne discussion" selon Raoni. Il a été question notamment de l'initiative du G7 pour l'Amazonie. Raoni est un adversaire déclaré du président brésilien.