Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Nouvelle coalition en Italie : Di Maio pose ses conditions

Nouvelle coalition en Italie : Di Maio pose ses conditions
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La nouvelle coalition gouvernementale en Italie a-t-elle réellement un avenir ? L'un de ses fers de lance, Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 étoiles (M5S), a fait savoir ce vendredi qu'il pourrait jeter l'éponge, si le programme, déterminé par le nouveau cabinet, n'inclue pas les principales mesures défendues par sa formation politique.

Di Maio n'exclut pas de "retourner aux urnes le plus tôt possible"

"Nous avons résumé nos principaux objectifs dans un document que nous avons soumis au Premier ministre. Nous estimons que certains de ces objectifs sont essentiels. S'ils sont inclus dans le programme, nous pourrons alors commencer à travailler dans ce nouveau gouvernement. S'ils ne le sont pas, mieux vaudra retourner aux urnes le plus tôt possible", a déclaré Luigi Di Maio.

Reconduit au poste de Premier ministre, Giuseppe Conte a rencontré vendredi les différents responsables politiques en vue de former cette nouvelle équipe gouvernementale : une alliance inédite entre le Mouvement 5 étoiles, parti anti-système, déjà présent dans le gouvernement sortant, et le Parti Démocrate (PD), formation traditionnelle de la gauche italienne.

Le Parti Démocrate pose aussi ses conditions

Son leader Nicola Zingaretti, a lui, aussi fixé ses conditions : "Nous réitérons notre appel à réduire les impôts sur les moyens et bas salaires afin de stimuler la consommation. C'est un élément de justice pour de nombreuses familles italiennes".

Grand perdant de cette nouvelle alliance politique, Matteo Salvini table désormais sur l'échec de la coalition pour revenir au pouvoir à travers des élections anticipées. L'ex-ministre de l'Intérieur a déjà prévu de partir en campagne pour faire tomber le gouvernement.