Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Violences conjugales : comment fait l'Espagne ?

Violences conjugales : comment fait l'Espagne ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Alors qu'en France un vaste concertation sur les violences conjugales s'est ouverte la semaine dernière, le modèle espagnol offre des pistes de réflexion. Si ils n'en ont pas fini avec le fléau, les mesures et l'arsenal législatif mis en place de l'autre côté des Pyrénées ont contribué à faire baisser le nombre de féminicides. Il est passé de 71 en 2003 à 47 l'an dernier.

Des tribunaux sont exclusivement dédiés aux cas de violence conjugale. Ce jour-là, à Séville, Maria del Carmen est venue demander de l'aide. Son ex-compagnon, soumis à une injonction d'éloignement, a menacé sa fille par SMS. Une menace prise très au sérieux par la juge qui le convoque immédiatement.

« Le juge se doit d'être impartial, rappelle la juge, María del Rosario Sánchez Arnal_. Ne pas perdre son objectivité, c'est important et difficile à la fois parce qu'il ne peut pas se laisser influencer par son empathie envers la victime mais il doit faire en sorte de la protéger. »_

L'Espagne compte une centaine de tribunaux spécialisés où tout doit aller très vite : 72 heures au maximum pour instruire chaque dossier.

Pour garantir le respect des injonctions d'éloignement, le recours au bracelet électronique s'est généralisé. Un outil redoutablement efficace. Grâce à ces mesures de protection, elles sont plus nombreuses à oser porter plainte, comme Macarena, qui a supporté pendant 23 ans les coups de son mari. Les autorités lui ont fourni un téléphone d'urgence.

« Ce téléphone me sert à contacter la police si il s'approche ou si je me sens en danger, explique-t-elle. Je dois appuyer ici et ils reçoivent automatiquement l'alerte et se mettent en contact avec moi. Grâce à la géolocalisation, il savent où je me trouve. »

Pour Macarena et bien d'autres Espagnoles, cette protection sur la durée est un immense soulagement, l'assurance de ne plus vivre 24 h sur 24 dans la peur.