Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Festival George Enescu : la Roumanie fête la musique classique et ses grands musiciens

Festival George Enescu : la Roumanie fête la musique classique et ses grands musiciens
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pendant trois semaines, la Roumanie vibre au son de la musique classique avec l'édition 2019 du Festival George Enescu dédié à ce compositeur roumain considéré comme l'un des grands génies du XXe siècle. Des ensembles et musiciens de renommée internationale comme l'Orchestre philharmonique de Berlin s'y produisent et interprètent pour l'occasion, des œuvres de Georg Enescu. ¨Pour la première fois cette année, l'événement organise également des concerts dans plusieurs pays européens.

L'Orchestre philharmonique de Berlin avec son nouveau directeur musical Kirill Petrenko a ouvert à Bucarest, le Festival George Enescu, compositeur et chef d'orchestre roumain.

L'événement créé en 1958 trois ans après la mort de celui qui est considéré comme l'un des grands génies du XXe siècle a permis de faire entrer ses œuvres au répertoire des orchestres de niveau international, mais aussi de mettre la Roumanie sur le devant de la scène.

"Montrer une autre facette de notre pays"

"Nous essayons avec ce festival, de montrer une autre facette de notre pays," explique Mihai Constantinescu, directeur exécutif du festival. "C'est un travail intense de construire une bonne image à travers la culture parce qu'il faut non seulement que notre culture soit intéressante et riche, mais il faut aussi trouver des financements et c'est ce que nous nous efforçons de faire," ajoute-t-il. "Ce festival dure trois semaines : on en entend parler partout et vous venez nous voir tout comme d'autres journalistes qui couvrent l'événement," se félicite-t-il.

Et la fréquentation est là : des spectateurs de Roumanie et de l'étranger de tous âges se pressent aux différents concerts... Un public d'habitués pour une large part. "Cela fait peut-être trente ans que je viens ici pour chaque édition du festival," assure un spectateur. Une jeune femme renchérit : "Je suis fascinée par la musique classique depuis mon enfance, donc c'est très enrichissant pour moi d'être ici." Une autre assure : "Je voyage dans le monde entier, mais je rentre dans mon pays chaque année pour ce festival parce que vous savez, la musique met du baume au cœur." Un autre spectateur précise : "En tant que Roumain, c'est très important parce que je suis fier du compositeur George Enescu."

Jeunes talents

Autre temps fort : la prestation de la pianiste croate Martina Filjak aux côtés de l'orchestre de Bucarest Royal Camerata dirigé par Constantin Adrian Grigore.

Pour la première fois, cette année, la programmation comporte également des concerts en Allemagne, Belgique, Italie, Canada et Moldavie.

Parmi les invités du festival, le Monte Piano Trio. Ses musiciens originaires d'Italie, France et Roumanie ont créé leur formation à la Musikhochschule de Francfort il y a onze ans. Depuis, ils ont remporté une série de prix internationaux. Sur la scène du Festival, le trio a interprété des œuvres d'Ernest Chausson, d'Arnold Schönberg et bien sûr, de George Enescu.

"Sa musique est incroyablement compliquée, géniale et tellement éloignée de notre monde," estime le violoniste Francesco Sica, l'un des membres du Monte Piano Trio.

Son camarade, le violoncelliste Claude Frochaux, ajoute : "Le trio que nous avons joué a quelque chose de folk, mais je dirais qu'il fait vraiment penser à de la musique française, il a beaucoup de couleurs impressionnistes."

La pianiste Irina Botan confie de son côté : "Je suis roumaine, donc cette musique m'est familière, mais on sent beaucoup l'inspiration de la musique française."

Valeurs sûres

Également en ouverture du festival : le concert de l'ensemble belge de musique ancienne La Cetra d'Orfeo (La Lyre d'Orphée) dirigé par Michel Keustermans.

Près de 3000 musiciens se produisent lors de ce festival qui se poursuit jusqu'au 22 septembre. La plupart des concerts affichent complet. Ce festival est l'un des plus importants dans l'Est de l'Europe. "Tout est réglé comme du papier à musique et c'est tant mieux pour ce pays dont on ne parle généralement que pour les scandales politiques et la corruption," affirme notre journaliste Wolfgang Spindler.