Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : rien de nouveau, mais du « bruit » sur une conférence de presse esquivée

Brexit : rien de nouveau, mais du « bruit » sur une conférence de presse esquivée
Tous droits réservés
REUTERS/Yves Herman
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle réunion et un Brexit toujours dans l'impasse…

À l'issue de sa rencontre à Luxembourg avec le président de la Commission européenne et le Premier ministre luxembourgeois, le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a annoncé par communiqué de presse une « intensification des discussions ». Les rencontres deviendront quotidiennes, précise le communiqué. Il faut dire qu'à six semaines de la date officielle du divorce, le temps commence à manquer.

Pour le Premier ministre britannique, pas question en revanche d'envisager un report du Brexit. Il a une nouvelle fois martelé qu'il aurait lieu le 31 octobre, avec ou sans accord.

Pour la petite histoire, une conférence de presse conjointe de Xavier Bettel et de Boris Johnson était prévue à l'issue de leur rencontre, mais Boris Johnson a décidé au dernier moment de ne pas y assister, au grand dam de la presse venue en masse. Hué lors de son arrivée par des manifestants anti-Brexit très remontés, le Premier ministre britannique a esquivé l'exercice, prétextant « trop de bruit ».

S'exprimant donc en son absence, Xavier Bettel l'a exhorté à "agir" plutôt qu'à "parler" pour trouver une solution sur le Brexit et en particulier sur la question très sensible de la frontière irlandaise.

Boris Johnson espère encore renégocier avec les Européens le fameux backstop, le filet de sécurité censé éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Une solution que Londres refuse parce qu'elle maintiendrait l'Irlande du Nord, et donc le Royaume-Uni, dans une union douanière avec l'Union européenne. Depuis des mois, c'est un dialogue de sourds avec Bruxelles, qui réclame des propositions concrètes de la part des Britanniques pour trouver une alternative.