DERNIERE MINUTE

Trois milliards d'oiseaux ont disparu depuis 1970 en Amérique du Nord

Trois milliards d'oiseaux ont disparu depuis 1970 en Amérique du Nord
Tous droits réservés
ERIC LINER/ MACAULAY LIBRARY AT THE CORNELL LAB OF ORNITHOLOGY
Taille du texte Aa Aa

La population d'oiseaux d'Amérique du Nord s'est effondrée depuis 1970, près de trois milliards de volatiles ont disparu de la nature. Les conclusions d'une étude publiée par la revue science sont implacables.

Les oiseaux des campagnes sont les plus touchés, sans doute en raison de la réduction des prés et prairies et de l'extension des terres agricoles, ainsi que de l'utilisation de pesticides qui en tuant les insectes affectent toute la chaîne alimentaire. Les oiseaux des forêts sont aussi en déclin.

Peter Marra, ornithologue, directeur de l'initiative environnement de l'université de Georgetown et co-auteur de l'étude publiée par le magazine Science nous donne son éclairage :

"Nous pensons que la cause principale de la plupart de ces déclins est la perte d'habitat. Il suffit de prendre l'avion et de regarder le paysage pour constater que les humains ont complètement transformé le paysage, que ce soit autour des zones urbaines ou sur les terres que nous avons converties à l'agriculture, aux États-Unis, au Canada, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Nous changeons le visage de la terre d'une manière à laquelle les animaux ne peuvent pas s'adapter."

90 % des pertes concernent 12 familles d'oiseaux, dont des moineaux et bruants, des parulines, des merles ou encore le chardonneret jaune en Amérique du Nord. Et l'étude est à mettre en parallèle avec les données de l'Observatoire national de la biodiversité en France qui estime à 30% le déclin des oiseaux des champs entre 1989 et 2017.

"Les oiseaux sont la quintessence des indicateurs des écosystèmes. Ce sont les canaris des mines de charbon. Quand quelque chose ne va pas avec les oiseaux, quelque chose ne va pas avec l'environnement", ajoute Peter Marra.

Les canards et oies sont la grande exception : leurs populations, après avoir été menacées, ont augmenté depuis 1970, grâce à la prise de conscience des chasseurs qui ont soutenu des mesures de protection en Amérique du nord.

Mais ce qui se passe avec les oiseaux frappent aussi d'autres organismes comme les papillons, les insectes, les poissons soulignent les ornithologues qui évoquent d'autres facteurs pour expliquer le déclin des oiseaux, comme les chats laissés dehors et les fenêtres des maisons dans lesquelles ils se fracassent. Et cette cause de mortalité n'est pas anodine : en Amérique du nord, en 2014, elle concernait entre 365 millions et 1 milliards d'oiseaux.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.