DERNIERE MINUTE

"Faire que le Brexit soit effectif le 31 octobre" (B. Johnson)

"Faire que le Brexit soit effectif le 31 octobre" (B. Johnson)
Taille du texte Aa Aa

Boris Johnson reste imperturbable alors qu'il arrive à Manchester pour assister au congrès de son parti conservateur. Conspué par des manifestants qui l'accusent de mentir aux députés et à la Reine, le Premier ministre britannique ne s'attarde pas. Il est venu réaffirmer que le Brexit aura lieu comme prévu, dans un mois. Un message transmis lors d'une interview ce dimanche à la BBC.

Il est de ma responsabilité d'aller au bout. Mon boulot, c'est de faire en sorte que le Brexit soit effectif le 31 octobre pour pouvoir ensuite aller de l'avant. En aucun cas, nous ne permettrons au Royaume-Uni d'être pris au piège d'accords, qui nous maintiennent dans un système tarifaire, dans une Union douanière, dans un marché unique, sans possibilité d'y renoncer. On ne veut pas de ce fameux 'backstop'.
Boris Johnson
Premier ministre britannique

Reste que le pays est plus que jamais divisé sur ce Brexit. En témoigne la manifestation organisée à Manchester, là même où se tient le congrès annuel du parti conservateur. Un des initiateurs de cette manifestation anti-Brexit, Graham Hughes, explique : "on a installé des pancartes pour dire que Boris Johnson n'est pas le bienvenu ici à Manchester, comme à Liverpool, deux villes qui ont massivement voté pour rester dans l'Union européenne".

Mais, si les anti-Brexit se font entendre, il y a aussi ceux qui exigent une sortie de l'Union européenne, conformément au résultat du référendum de 2016.

"17,4 millions de personnes ont voté en faveur du Brexit, rappelle ainsi Paul_, mais personne ne semble s'en souvenir. Pourquoi irions-nous dire à Bruxelles : "on ne sortira pas sans accord". C'est complètement dingue ! Boris Johnson doit faire ce qu'il a promis : un Brexit le 31 octobre, sans accord._"

Le congrès du parti conservateur sera l'occasion pour son chef, Boris Johnson, de serrer les rangs, dans un contexte de fortes turbulences politiques, dans une perspective de possibles élections législatives anticipées.

- avec agences -

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.