Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'état d'esprit positif du Kuduro, courant musical angolais

L'état d'esprit positif du Kuduro, courant musical angolais
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Angola, bien plus qu'un style de musique, le Kuduro est un état d'esprit : il est parti de la rue pour conquérir tout le pays et à présent, le monde entier.

Créateur de ce phénomène musical, Tony Amado a un statut de star dans les quartiers populaires de Luanda. Pour mieux comprendre l'essor de ce style, nous visitons le temps d'un week-end, les banlieues où s'est développé ce style de danse et de musique typiquement angolais dans les années 90.

Jean-Claude Van Damme comme source d'inspiration

À Sambizanga, Tony Amado fait sensation. Chacun veut l'impressionner en lui montrant sa dernière chorégraphie.

Mais comment ce producteur de musique a-t-il eu l'idée de créer ce style ? _"Je me suis inspiré d'un film de Jean-Claude Van Damme où il y a une scène où il est ivre et où il fait ça,"_ explique-t-il en se déhanchant. "Ensuite, j'ai créé cette musique, le Kuduro et c'est devenu un projet, on a invité d'autres personnes à y participer et les choses ont pris de l'ampleur," ajoute-t-il.

_"Les artistes Kuduro sont pour la plupart, des gens des banlieues qui chantent du Kuduro pour s'élever dans la société,"_ fait-il remarquer.

_"Un style qui peut tout arranger, quels que soient les problèmes qu'on a" _

Dans un autre quartier de la capitale, Zango IV, c'est le même enthousiasme. Tout le monde nous offre sa propre interprétation du Kuduro parce que celui-ci représente bien plus qu'une danse et un style de musique, mais un art de vivre.

La nuit tombée, nous nous dirigeons vers le quartier de Rangel pour y rencontrer la relève : la nouvelle génération d'artistes Kuduro comme Karliteira.

Pour lui, la popularité du Kuduro tient pour beaucoup, à son énergie positive. "Le Kuduro est un style qui peut tout arranger, quels que soient les problèmes qu'on a : c'est cet état d'esprit positif que le Kuduro apporte," assure Karliteira.

Essence d'une nation

Le lendemain, nous assistons à une séance en studio pour voir où la magie Kuduro opère et comment on produit ce son unique.

"On ne peut pas vraiment associer le Kuduro à un instrument en particulier," fait remarquer le producteur Nuno Tello. "On ne pouvait pas enregistrer cette musique avec un vrai groupe de percussionnistes, alors on a pris des rythmes électroniques et on en a fait quelque chose qui ressemble à ce qu'on peut entendre au carnaval qui est au cœur de notre tradition," souligne-t-il.

Une ambiance festive, des rythmes rapides, des paroles souvent crues et des chorégraphies spontanées : pour les Angolais, le Kuduro est l'essence d'une nation, sa fierté et son optimisme résonnant désormais à travers le monde.

Exemple avec Preto Show qui rentre d'un concert aux Pays-Bas. "Je ne m'attendais pas à ça de la part de tous ces gens : il y a ce désir d'écouter le "beat" angolais, le style angolais," indique Preto Show. "Donc aujourd'hui, on peut dire qu'on est de plus en plus reconnu en emmenant ce style - notre style angolais - vers d'autres horizons, d'autres continents," affirme-t-il.