Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Province de Malanje en Angola : les attraits touristiques d'une nature à l'état brut

Province de Malanje en Angola : les attraits touristiques d'une nature à l'état brut
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La province de Malanje en Angola dispose d'une flore, d'une faune et de paysages très divers comme ses chutes de Kalandula. Cette région située à l'Est de la capitale Luanda a également créé un parc national pour protéger l'hippotrague noir, une espèce endémique d'antilope géante. Des atouts sur lesquels elle veut s'appuyer pour développer son secteur du tourisme.

À Kalandula en Angola, nous nous rendons sur un site spectaculaire en pleine nature : les eaux du fleuve Lucala plongent sur plus de 100 mètres, une hauteur similaire à celle des chutes Victoria.

Cet attrait touristique, l'un des symboles du pays - il apparaît sur un billet de la monnaie nationale -, est l'une des merveilles de la nature à découvrir dans la province de Malanje qui pourrait devenir une mine d'or touristique avec les investissements adéquats.

"Devenir une véritable destination"

Tilson Machado a visité le site quand il était enfant. Il se souvient d'avoir été très impressionné à l'époque. "Je suis venu avec mon père et j'avais eu très peur parce que c'était la première fois que je voyais les chutes," confie-t-il. Ce jour-là, ce professeur en génie informatique qui exerce à Malanje montre le site à ses proches et ses collègues venant de la capitale Luanda. "Je ressens la puissance de la nature... Et la nature est incroyable !" assure-t-il.

Dans les environs, un seul hôtel qui est en cours d'agrandissement. Étonnamment, son propriétaire préférerait avoir plus de concurrence.

"Ce serait intéressant que d'autres investissent ici," suggère Francisco Faisca, propriétaire de "Pousada das Quedas", "pour que nous puissions devenir une véritable destination touristique : au lieu d'y avoir un seul hôtel, il y en aurait deux, trois, quatre ou cinq."

Nous rencontrons un Français installé à Luanda qui fait visiter la province de Malanje à sa famille venue spécialement d'Europe. "Les chutes de Kalandula sont magnifiques," souligne Michel Amon.

"Aujourd'hui, nous irons visiter les rapides à côté de Malanje et ensuite, nous promener à Pedras Negras," précise-t-il.

La main de la nature et de l'homme

Nous accompagnons la famille lors de son détour par les rapides du fleuve Kwanza à l'extérieur de la ville de Malanje. Puis nous nous rendons avec elle aux Pedras Negras, "roches noires" en portugais.

C'est là que s'étendait le royaume de la reine Njinga qui a mené bataille contre les troupes coloniales portugaises au XVIIe siècle.

"On se sent très petit : c'est gigantesque, très joli, très beau," indique la jeune Julie Amon lors de la visite.

Autre attraction gigantesque - construite par l'homme celle-ci - : le nouveau barrage de Laùca sur le fleuve Kwanza. Le bassin qu'il retient s'étend sur 30 km et sa profondeur maximale est de 150 mètres.

Mono Katusevana a supervisé la construction du barrage : "Notre potentiel touristique est très fort : il est lié à la faune et à la flore et la nature est totalement préservée," affirme-t-il avant d'ajouter : "Ici, on peut faire du ski nautique, de l'escalade, on peut gravir nos montagnes et pratiquer la pêche sportive."

Espèces protégées

La province comprend aussi le Parc national de Cangandala et la Réserve naturelle de Luando qui ont pour but de sauver de l'extinction, l'hippotrague noir. Autre symbole, cette espèce d'antilope géante figure notamment sur les maillots des équipes de foot nationales.

Coordinateur du projet dédié à l'hippotrague noir, Pedro Vaz Pinto veille depuis seize ans sur ces animaux dont il ne reste que quelques centaines de spécimens aujourd'hui. "Je crois que Cangandala a un immense potentiel dans le tourisme de masse et je dis 'tourisme de masse' parce que je pense que c'est crucial de faire connaître l'hippotrague noir aux enfants qui vont à l'école, aux décideurs et aux touristes en général," insiste-t-il.

Mais selon lui, cette réserve de près d'un million d'hectares ne se résume pas à ses antilopes. "On y trouve de larges rivières, des hippopotames et des lions en plus des hippotragues," énumère Pedro Vaz Pinto. "La réserve est aussi intéressante pour y développer un tourisme différent avec des visiteurs prêts à passer une semaine ici sur les traces des animaux," juge-t-il.

Suivre la piste des animaux ou faire du trekking... Autant de possibilités d'activités dans la nature préservée de la province de Malanje.