Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Nous n'avons pas à nous excuser pour nos valeurs européennes" (M. Schinas)

"Nous n'avons pas à nous excuser pour nos valeurs européennes" (M. Schinas)
Tous droits réservés
REUTERS/Yves Herman
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le commissaire désigné à la "protection du mode de vie européen", le Grec Margaritis Schinas, a défendu l'intitulé de son poste face aux critiques, lors de son audition devant les eurodéputés.

C'est un visage bien connu à Bruxelles qui s'est présenté ce jeudi devant les eurodéputés : le Grec Margaritis Schinas, longtemps porte-parole de la commission.

Il aspire aujourd'hui à occuper un poste de commissaire. Et pas n'importe lequel : commissaire chargé de la "protection du mode de vie européen". Un intitulé qui fait polémique.

De nombreux eurodéputés réclament l'abandon d'un tel intitulé.

Mais lui s'en est défendu lors de son audition, qui a duré près de trois heures.

« Contre qui devrions-nous nous défendre ? s'est-il interrogé. Contre ceux qui ne nous permettent pas de célébrer le Quatorze Juillet à Nice ; contre ceux qui ne nous permettent pas de marcher dans les Ramblas de Barcelone ; contre ceux qui, au lieu d'aider les migrants, les attaquent dans un camp ; contre ceux qui ne donnent pas nourriture aux demandeurs d’asile ; contre ceux qui ne permettent pas à leurs enfants d’aller à l’école... Contre tous ces éléments, nous pouvons répondre par une approche positive qui intègre ce que nous sommes et ce que nous défendons. »

Ce n'est pas à nous à nous excuser pour nos valeurs européennes.
Margaritis Schinas
Commissaire désigné
Le commissaire désigné avait bien préparé son grand oral. Il savait qu'il était attendu sur le sujet sensible de l'intitulé de son portefeuille, "protection du mode de vie européen". Il a défendu cet intitulé, envoyant un message clair : 'ce sont les populistes qui doivent se sentir menacés par nos valeurs et pas nous'.
Reste maintenant à savoir si ce message aura convaincu les eurodéputés, ou si comme le réclament certains, il faudra modifier l'intitulé de ce portefeuille.
Efi Koutsokosta
Correspondante d'euronews à Bruxelles