Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Poussée migratoire : réunion de crise UE-Turquie à Ankara

Poussée migratoire : réunion de crise UE-Turquie à Ankara
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des migrants à bord d'embarcations de fortunes traversant clandestinement la mer Égée... Des scènes comme celle-ci n'ont cessé de se répéter ces dernières semaines. Des enfants, des femmes, et des hommes, la plupart originaires d'Afghanistan et de Syrie.

10.200 arrivées sur les îles grecques en septembre

Leur objectif : rallier les îles grecques depuis la Turquie. Rien qu'au mois de septembre, plus de 10.200 migrants ont effectué cette traversée, selon un dernier décompte du HCR. Du jamais vu depuis l'accord conclu en 2016 entre l'Union européenne et la Turquie, qui visait à juguler l'afflux de migrants.

Réunis à Ankara, les représentants européen, allemand et turc ont appelé à intensifier la coopération pour endiguer les traversées.

"Il est urgent de renforcer davantage la prévention et la détection des départs irréguliers depuis la Turquie. J'apprécie le travail déjà accompli par la Turquie, d'autant plus que la pression migratoire sur la Turquie se poursuit. L'engagement continu de la Turquie auprès des autorités grecques est indispensable", a indiqué le Commissaire européen pour les Migrations, Dimítris Avramópoulos.

Autre déclaration, celle de Horst Seehofer, le ministre allemand de l'Intérieur :"L'arrivée d'officiels allemand, français et de la Commission européenne à Ankara montre que ce n'est qu'ensemble que nous pourrons résoudre des questions importantes comme la migration et la sécurité. Un pays seul ne peut pas les résoudre."

La Turquie met la pression sur l'UE

De son côté, le ministre turc a rappelé l'importante contribution de son pays à la crise migratoire, la Turquie abritant plus de 3,6 millions de réfugiés syriens : "La Turquie a rempli toutes ses obligations, non seulement au nom de l'humanité, mais aussi dans le cadre de l'accord qu'elle a signé et conclu avec l'Union européenne. En ce qui concerne ces principes, nous espérons que l'Europe adoptera la même position", a souligné Suleyman Soylu, le ministre turc de l'Intérieur.

Ce nouveau flux migratoire renforce un peu plus la pression sur les camps de réfugiés en Grèce déjà surchargés, comme celui de Lesbos, où les incidents se multiplient. Les autorités grecques et turques redoutent une intensification de cette poussée migratoire avec l'arrivée prochaine de réfugiés syriens, en provenance de la région d'Idleb, la dernière poche de résistance au régime Assad.