Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Un Espagnol à la tête de la diplomatie de l’UE

Josep Borrell
Josep Borrell -
Tous droits réservés
REUTERS/Yves Herman
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Espagnol Josep Borrell est appelé à prendre les rênes de la diplomatie européenne. A 72 ans l'actuel ministre des Affaires étrangères connait déjà une longue carrière qui a débuté dans les années 1990 sous la houlette du Premier ministre Felipe Gonzales. Il deviendra en 2004 président du Parlement européen. Toutefois les observateurs soulignent un trait de caractère chez Josep Borrell qui pourrait lui porter préjudice. Le Catalan dit souvent tout haut ce que certains pensent tout bas, une attitude peu diplomatique.

Josep Borrell devra s'atteler aux relations avec la Chine, l'Iran ou encore les Etats-Unis. A propos des Balkans il lui faudra faire preuve de subtilité car l'Espagne ne reconnait pas l'indépendance du Kosovo. Toutefois une amende de 30 000 euros pour avoir utilisé des informations privilégiées dans le cadre d’une vente d'actions colle à la candidature de l’Espagnol.

Une Tchèque pour la transparence de l'UE

La Tchèque Vera Jourova apparaît comme l'une des personnalités promues de la prochaine Commission européenne. Actuellement en charge de la Justice et des Consommateurs, elle devrait obtenir le portefeuille des Valeurs et de la Transparence. Derrière ce titre se cache la lutte contre la désinformation, les interférences lors d'élections ou encore la bataille contre les discours de haine. Le magazine américain Time, a classé en 2019 Vera Jourova parmi les 100 personnes les plus influentes au monde.

Sa désignation semble relever de deux souhaits de la part de la présidente élue de la Commission européenne. Ursula von der Leyen souhaitait parvenir à la parité entre hommes et femmes au sein de son équipe. Mais c'est aussi un choix politique afin d'apaiser les relations avec les quatre pays membres du groupe de Visegrad. Vera Jourova devrait aussi superviser la question de l'Etat de droit, en partenariat avec le Commissaire désigné à la Justice. Ce dossier est à l'origine de très fortes tensions entre les institutions et plusieurs capitales d'Europe de l'Est.