Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Alitalia reste dans l'incertitude, le secteur aérien sinistré

Alitalia reste dans l'incertitude, le secteur aérien sinistré
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'avenir d'Alitalia est toujours aussi incertain. Placée sous « administration extraordinaire » depuis deux ans, la compagnie aérienne italienne attend toujours que Ferrovie dello Stato boucle son tour de table et dépose son offre de reprise. La compagnie nationale ferroviaire a jusqu'à mardi prochain pour se décider. Sinon, seul un nouvel apport d'argent public pourra sauver Alitalia.

La restructuration de la compagnie pourrait entrainer plusieurs milliers de licenciements, l'emploi est donc la priorité d'Alitalia alors que les liquidités de la compagnie pourraient être épuisées avant la fin de l'année et amener le gouvernement à devoir injecter 200M€ supplémentaires.

Jusqu'à présent, selon les estimations de Mediobanca, l'État a dépensé 8,7 milliards d'euros pour maintenir en vie l'ancienne compagnie nationale. L'entreprise perdrait un demi-million d'euros par jour.

Ces deux dernières années, pas moins de 36 compagnies aériennes ont déposé le bilan. Les Slovènes d'Adria Airways ont ainsi stoppé leurs activités le 2 octobre dernier.
Juste avant, la compagnie aérienne française Aigle Azur avait également cessé ses activités, laissant plus de 13.000 passagers bloqués au sol et des milliers d'autres ayant acheté des billets désormais sans aucune valeur.
XL Airways a pour sa part arrêté de vendre des billets après sa mise en liquidation judiciaire par la justice française.

Une hécatombe qui laisse augurer de nouvelles faillites dans ce secteur dans les mois à venir