EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Alitalia reste dans l'incertitude, le secteur aérien sinistré

Alitalia reste dans l'incertitude, le secteur aérien sinistré
Tous droits réservés 
Par Pierre Michaud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La compagnie italienne ne parvient pas à se sortir de la crise et pourrait connaitre le même sort qu'une dizaine de compagnies en 2019.

PUBLICITÉ

L'avenir d'Alitalia est toujours aussi incertain. Placée sous « administration extraordinaire » depuis deux ans, la compagnie aérienne italienne attend toujours que Ferrovie dello Stato boucle son tour de table et dépose son offre de reprise. La compagnie nationale ferroviaire a jusqu'à mardi prochain pour se décider. Sinon, seul un nouvel apport d'argent public pourra sauver Alitalia.

La restructuration de la compagnie pourrait entrainer plusieurs milliers de licenciements, l'emploi est donc la priorité d'Alitalia alors que les liquidités de la compagnie pourraient être épuisées avant la fin de l'année et amener le gouvernement à devoir injecter 200M€ supplémentaires.

Jusqu'à présent, selon les estimations de Mediobanca, l'État a dépensé 8,7 milliards d'euros pour maintenir en vie l'ancienne compagnie nationale. L'entreprise perdrait un demi-million d'euros par jour.

Ces deux dernières années, pas moins de 36 compagnies aériennes ont déposé le bilan. Les Slovènes d'Adria Airways ont ainsi stoppé leurs activités le 2 octobre dernier.
Juste avant, la compagnie aérienne française Aigle Azur avait également cessé ses activités, laissant plus de 13.000 passagers bloqués au sol et des milliers d'autres ayant acheté des billets désormais sans aucune valeur.
XL Airways a pour sa part arrêté de vendre des billets après sa mise en liquidation judiciaire par la justice française.

Une hécatombe qui laisse augurer de nouvelles faillites dans ce secteur dans les mois à venir

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques