Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Syrie : quel sort pour les djihadistes étrangers aux mains des Kurdes ?

Syrie : quel sort pour les djihadistes étrangers aux mains des Kurdes ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Que faire des détenus issus du groupe État islamique en Syrie ? Beaucoup d'entre eux sont encore aux mains des Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les combattants kurdes sont la principale composante. En pleine offensive turque, le président américain Donald Trump se retrouve sous le feu des critiques de nombreux responsables militaires américains. Lors d'un discours à la Maison Blanche, revenant sur les raisons du retrait américain, l'ancien magnat de l'immobilier a assumé sa position quitte à mettre en danger son allié européen.

"Les djihadistes vont fuir vers l'Europe. C'est là qu'ils veulent aller. Ils veulent revenir chez eux. Mais l'Europe n'a pas voulu de nos suspects. Nous aurions pu les leur livrer pour qu'ils soient jugés ou qu'ils en fassent ce qu'ils veulent. Mais comme d'habitude, ce n'est pas réciproque."

L'Union européenne est particulièrement préoccupée par l'offensive turque qui risque, selon elle, d'aggraver l'instabilité de la région et au-delà.

"L'action militaire va saper la sécurité des partenaires locaux de la coalition, c'est-à-dire les forces kurdes et cela risque de prolonger l'instabilité dans le nord-est de la Syrie, favorable à la résurgence du groupe État islamique. N'oublions pas que l'État islamique demeure une menace réelle à la sécurité régionale, internationale et européenne", a déclaré la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

On estime à 2000 le nombre de djihadistes retenus par les FDS. L'épineuse question de leur retour relève de la compétence de chaque pays membre. Des gouvernements qui jusqu'à présent ont préféré les laisser le plus loin possible de leur territoire national.