DERNIERE MINUTE

Donald Trump annonce que le chef du groupe Etat islamique est mort

Donald Trump annonce que le chef du groupe Etat islamique est mort
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

« La nuit dernière, les États-Unis ont fait payer le terroriste numéro un. Abou Bakr al-Baghdadi est mort. Il était le fondateur et le dirigeant de l'État islamique… »

Donald Trump avait quelque chose « d'énorme » à annoncer. Il l'avait fait savoir par un tweet. Le président américain l'a assuré : l'homme le plus recherché au monde a été tué la nuit dernière dans une opération des forces spéciales américaines.

Elle a eu lieu dans un village du nord-ouest de la Syrie, près de la frontière turque. Celui qui s'était autoproclamé calife en 2014 s'était réfugié dans une maison avec son entourage. Le commando américain a attaqué par des tirs d'hélicoptère avant d'intervenir au sol.

« Il a traîné avec lui trois de ses jeunes enfants »

« Il est mort après avoir couru dans un tunnel dans issue, en pleurant et en criant sans s'arrêter, a relaté le président américain. Il avait traîné avec lui trois de ses jeunes enfants, ils ont été conduits à une mort certaine. Il a atteint le bout du tunnel et nos chiens l'ont pris en chasse, alors il a déclenché sa veste d'explosifs et s'est tué avec ses trois enfants. Son corps a été mutilé par l'explosion. Le tunnel s'est effondré sur lui. Mais les tests d'identification ont fourni une réponse claire et immédiate : il s'agissait bien de lui. »

Selon Donald trump, qui a suivi le raid en temps réel grâce à des caméras embarquées par les forces spéciales, aucun soldat américain n'a été blessé dans l'opération mais de nombreuses personnes de la garde rapprochée d'al-Baghdadi ont été tuées. Les Forces démocratiques syriennes disent avoir collaboré à l'opération.

Une mort annoncée à de nombreuses reprises

Les Etats-Unis avaient offert 25 millions de dollars pour la capture d'Abou Bakr al-Baghdadi, dont la dernière apparition présumée sur une vidéo de propagande remontait au 29 avril de cette année.

Avant cela, il n'était pas apparu dans une vidéo depuis cinq avaient et avait à de nombreuses reprises été donné pour mort.

Il dirigeait l'Etat islamique depuis 2010, lorsque ce n'était encore qu'une sombre ramification d'Al-Qaïda en Irak. On le disait récemment caché quelque part sur la frontière irako-syrienne.

Ce raid est intervenu alors que la Turquie a lancé une offensive, début octobre, pour déloger les milices kurdes syriennes des zones proches de sa frontière. Une offensive encouragée par le départ des soldats américains présents sur place, ce qui a valu à Donald Trump des critiques acerbes ces dernières semaines.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.