DERNIERE MINUTE

Au Japon, la technologie de pointe aide les seniors à vivre mieux

Au Japon, la technologie de pointe aide les seniors à vivre mieux
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ces 60 dernières années, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus a presque doublé dans le monde, passant de 5% à 9%. Ce phénomène touche particulièrement le Japon, qui fait donc figure de pionnier. Ici, près d'un quart de la population a 65 ans, ou plus.

Les sociétés vieillissantes représentent aujourd'hui un grand défi pour les systèmes de santé. L'objectif, c'est donc non seulement de vivre plus longtemps, mais surtout, de vivre mieux. Les technologies récentes ont donné des idées aux secteurs privé et public du domaine de la santé et de l'innovation, pour garantir une meilleure qualité de vie aux seniors.

Ces solutions japonaises étaient au cœur d'un sommet international à Tokyo, qui a réuni des experts du monde entier, des fonctionnaires, des start-ups, et des délégations étrangères. La stratégie nippone consiste à combiner technologie et données médicales, pour créer un système de santé numérique.

Le "Well aging summit" au Japon.

Erwin Böttinger, président de l'Institut Hasso Plattner et professeur à l'Université de Potsdam est l'un des plus grands experts dans ce domaine. "Je suis vraiment impressionné par ce qui se passe au Japon, explique-t-il. _Les bienfaits de la numérisation et de l'Intelligence artificielle pour nos citoyens et nos sociétés ... C'est cela qui nous aidera à améliorer le système de soin et la santé dans le futur. Mais cela exige que nous ayons une bonne relation avec nos propres donnée_s."

Le Japon met actuellement en place un nouveau règlement pour permettre aux secteurs public et privé d'utiliser des données médicales anonymes.

Réduire la charge de travail des soignants

Pour voir comment se déroule cette transition numérique, l'équipe de Sci-Tech s'est rendu à l'Hôpital Universitaire de Kyoto.

La collecte des données commence dans la chambre du patient. Les infirmiers transmettent directement aux serveurs des informations comme la tension artérielle, le rythme cardiaque, la température corporelle, les tests cliniques et les traitements. Cette procédure permet de réduire la charge de travail du soignant et d'améliorer la précision de l'enregistrement des données.

Ce vaste ensemble de datas permet donc d'être plus précis et plus efficace. Il donne aussi des informations sur la façon de gérer le système de santé, sur la prévention des maladie et la production de médicament.

"Nous collections des données pour comprendre ce qui se passe dans ce pays, et quel type de traitement la population reçoit. En utilisant ces données, nous pouvons voir les différents traitements ou soins, raconte Tomohiro Kuroda, directeur de l'Hôpital Universitaire de Kyoto. Ces données sont anonymes, et le gouvernement met au point un système pour partager ces informations avec tout le monde. Grâce à ça, le secteur privé pourra utiliser ces données pour créer de nouveaux médicaments et traitements."

Infirmière transférant des données médicales à l'Hôpital Universitaire de Kyoto.

Le système de santé japonais s'appuie sur des milliards de données, provenant de près de 126 millions de citoyens. Un panel unique, qui pourrait aider d'autres pays à travers le monde selon Genta Kato, qui travaille au service Assurance-Maladie de l'Hôpital Universitaire de Kyoto.

"Plus de 95% des soins donnés à la population japonaise sont couverts par ce système de data, affirme-t-il. Généralement, nous utilisons les données relatives aux traitements médicaux et aux soins comme un ensemble, pour la santé numérique. Le Japon est une société très vieillissante, et je pense que nos connaissances pourraient être une référence pour de nombreux autres pays dans le monde".

Le Japon est une société très vieillissante, et je pense que nos connaissances pourraient être une référence pour de nombreux autres pays dans le monde
Genta Kato

Le Japon est le deuxième marché mondial de la santé, et toutes ces innovations ont grandement influencé le secteur privé. Le projet Future Care Lab de Sompo, par exemple, développe des technologies de pointe pour répondre aux nouveaux besoins entraînés par le vieillissement de la population.

L'importance du facteur humain

Parmi ces nouveaux produits, on trouve le fauteuil électrique IA, capable de se déplacer seul sur un chemin pré-établi, un lit convertible, ou des capteurs corporels pour le bain et le lit, qui peuvent aider les personnes âgées à être plus indépendantes.

Shinichiro Kataoka est le chef du Future Care Lab de Sompo Holdings. Pour lui, la technologie améliorer la productivité du personnel soignants.

"L'une des solutions est par exemple le lit assisté. Il permet de réduire la charge de travail, et de réduire le nombre de soignants nécessaire : pour s'occuper de patients lourds par exemple, il n'y a besoin que d'une seule personne, au lieu de deux.", raconte-t-il.

Au-delà de ces solutions high-tech, le facteur humain reste important. Il peut faciliter les interactions entre les patients et l'appareil de soin, et peut même aider le personnel soignant.

C'est le cas par exemple pour les casques de réalité virtuelle, développé par Silverwood Corp. Ils montrent ce que voient les personnes atteintes de démence, et permet ainsi de mieux comprendre cette pathologie et comment soigner ces patients, comme l'explique Tadamichi Shimogawara, le président de Silverwood Corp.

" Nous ne voulons pas que les soignants et les patients soient divisés, nous voulons créer une relation équitable, où chacun a besoin de l'autre. Ce contenu reproduit exactement le monde tel qu'il est perçu par les patients atteints de démence. Le fait que nous, les personnes qui ne souffrons pas de démence, puissions en faire l'expérience par la VR nous permet de comprendre la douleur et les difficultés que rencontrent ces personnes. Cette technologie nous permet de ressentir tout cela par nous-mêmes."

Le casque de réalité virtuelle de l'entreprise Silverwood Corp.

Une espérance de vie de 100 ans

Une expérience qui semble porter ses fruits. "J'ai l'impression d'avoir appris beaucoup plus sur la démence que ce que je pourrais apprendre dans les livres", s'enthousiasme une soignante de Tokyo.

Cette approche combinée, qui promeut l'utilisation des données et des technologies de pointe pour développer un système de soins de santé de prochaine génération, fait du Japon un véritable laboratoire d'idée.

Et la grande qualité des données médicales japonaises pourrait ouvrir de nouvelles opportunités commerciales à l'international.

"Le succès de l'approche japonaise sera contagieux et motivera les citoyens à adopter ce concept, de sorte que dans toute l'Europe, dans le monde développé et dans le monde en développement, nous aurons une approche unifiée : aller vers la santé numérique", estime Erwin Böttinger.

La collaboration internationale sera essentielle pour maximiser le potentiel de l'innovation en santé numérique, et préparer une société ou l'espérance de vie atteindra les 100 ans.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.