PUBLICITÉ

Donald Tusk arrive à la tête de la droite européenne

Donald Tusk arrive à la tête de la droite européenne
Tous droits réservés 
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien président du Conseil Européen a été élu à la tête du PPE, le Parti Populaire Européen.

PUBLICITÉ

C'est lui que la droite européenne attendait pour lancer son renouveau. Donald Tusk a été élu président du parti Populaire Européen ce mercredi lors d'un congrès à Zagreb. Le président sortant du Conseil européen, qui était seul candidat, prend donc la tête d'un parti qui a pas mal souffert lors des dernières élections européennes. Comme les sociaux-démocrate, les conservateurs ont été dépassés par les Libéraux, les Verts et l'extrême droite.

"Merci à tous pour vos votes et votre confiance. Grâce à vous je suis à nouveau président. Il vaut bien mieux être le nouveau président du Parti populaire européen que l'ancien président du Conseil européen."

Ancien politicien en Pologne, Européen convaincu et engagé... Que peut maintenant apporter Donald Tusk au parti Populaire Européen ? Neale Richmond, parlementaire irlandais :

"Je pense que nous allons voir l'accent mis sur le respect de la loi, le respect des droits de l'Homme. Je pense que c'est quelque chose de très important. Il va falloir nous confronter aux populistes ces cinq prochaines années avec lui comme président".

Et de fait, c'est vers l'extrême droite de Viktor Orban que Donald Tusk a tourné ses premiers regards de président du PPE. "Nous ne pouvons abandonner la sphère de la sécurité et de l'ordre aux populistes politiques, aux manipulateurs et aux autocrates", a-t-il déclaré.

Tendre des mains, négocier, trouver des accords, autant de choses qui sont à n'en pas douter au cœur des compétences de Donald Tusk.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le nouveau chemin européen de Donald Tusk

Pologne : plusieurs arrestations dans le cadre d'un complot de sabotage russe présumé

Pologne: le Bélarus fait peser la crainte de l’arrivée de clandestins