DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’industrie de la mode, l’une des plus polluantes au monde

euronews_icons_loading
L’industrie de la mode, l’une des plus polluantes au monde
Taille du texte Aa Aa

L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde. Selon l'ONU, elle serait responsable de 20 % des eaux usées mondiales et 10 % des émissions mondiales de carbone.

Entre 2000 et 2015, la production mondiale de vêtements a presque doublé pour atteindre plus de 100 milliards de tonnes. Et l’industrie textile délocalise souvent sa production dans des pays où la réglementation est moins stricte en matière de protection de l'environnement.

"Cette industrie émet plus de carbone que l’aviation internationale et le transport maritime réunis. On parle d’une quantité incroyable qui pose un réel problème en terme d’émission de carbone, mais aussi d’utilisation d’eau. À titre d’exemple, il faudrait 13 années pour boire l’eau utilisée pour fabriquer un jean et un tee-shirt" , explique Fee Gilfeather, experte en développement durable chez Oxfam.

"Il ne s’agit pas seulement des vêtements, il y a aussi l’emballage, l’acheminement des matériaux vers les lieux de confections et ensuite des vêtements vers les sites de distribution", ajoute Laura Antonia Jordan, du magazine Grazia .

L'année dernière, des grands noms de l’industrie de la mode se sont impliqués dans la lutte contre le changement climatique, via une charte dans laquelle ils se sont engagés à réduire leurs émissions de carbone de 30 % d’ici 2030.

"A notre niveau par exemple, nous ne faisons pas réellement de distinction entre la mode rapide et le secteur du luxe. Nous pensons que c'est l'ensemble de l'industrie de la mode qui doit se remettre et en particulier les géants de cette industrie", analyse Orsola De Castro, co-fondatrice de Fashion Revolution.

"Le problème touche l'industrie textile dans son ensemble, la mode haut de gamme ainsi que la mode rapide. Nous savons que cette dernière a vraiment encouragé les gens à recycler leurs vêtements, mais il existe d’autres problèmes au sein des systèmes de production des chaînes d'approvisionnement. Et là, mode haut de gamme et mode rapide sont impactés de la même façon. C’est donc à chaque détaillant de réfléchir à son impact sur l'environnement lorsqu'il fabrique des vêtements", conclut Fee Gilfeather, experte en développement durable chez Oxfam.

À Madrid, lors de la COP25, détaillants et groupes industriels présenteront les conclusions de la Charte de l'industrie de la mode pour l'action climatique. Cette charte, signée par 43 entreprises, contient le projet dont l'objectif est d'atteindre l'absence totale d'émissions d'ici 2050.