DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Une riche année de politique européenne

euronews_icons_loading
Une riche année de politique européenne
Taille du texte Aa Aa

Après plusieurs années de tourmente politique en Europe, 2019 s'est révélée être une année rythmée par de nombreuses élections du Danemark à la Roumanie, en passant par l'Espagne et le Royaume-Uni. Des millions d'électeurs ont façonné des dynamiques régionales, nationales et donc européennes.

Des citoyens mobilisés

En mai plus de 200 millions de personnes se sont rendues aux urnes pour les élections européennes, pour la première fois depuis longtemps le taux de participation a dépassé les 50%. Ce scrutin a fracturé le Parlement européen. Désormais chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates ne sont plus en position de former une majorité à eux seuls. Cette situation est le résultat de la montée de l'extrême droite et de la poussée des Verts.

Des agendas politiques différents

A chaque Etat membre sa priorité en matière de politique intérieure. En Espagne, le Premier ministre sortant tente de former une nouvelle coalition après un quatrième scrutin législatif en quatre ans. Le Royaume-Uni aurait dû quitter l’UE en 2019. Ce pourrait être chose faite au mois de janvier 2020.

L’extrême droite en Italie a joué et a perdu. La Ligue de Matteo Salvini n’est plus au gouvernement. Mais les populistes espèrent des élections l’année prochaine. En Allemagne la poussée des Verts et la progression des populistes de l'AFD, ont fragilisé la coalition de la chancelière Angela Merkel avec les sociaux-démocrates. L'alliance ne semble plus tenir qu'à un fil. En France le président est sur tous les fronts avec les gilets jaunes et les grèves. Mais ces mouvements remettent en cause la capacité d’Emmanuel Macron à reprendre la main.

Avec une nouvelle équipe institutionnelle désormais en place, l’UE peut maintenant se projeter pleinement vers l’avenir.