DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

2019, l'année noire du climat

euronews_icons_loading
2019, l'année noire du climat
Tous droits réservés  Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

"Nous sommes au début d'une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c'est d'argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous !"

Ce discours à l'intention des dirigeants du monde entier, au siège de l'ONU à New York, est un des plus percutants de ceux prononcés par Greta Thunberg en 2019. Lui comme d'autres ont inspiré des millions de personnes dans le monde entier à se mobiliser et à demander aux gouvernements de lutter contre le changement climatique.

"Les vendredis pour le futur", rendez-vous hebdomadaires à l'initiative de la jeune militante suédoise, ou "Extinction Rebellion", le mouvement social-écologiste, le clament haut et fort : il est temps de réagir.

2019 a été marquée par des chaleurs exceptionnelles. L'Europe a subi non pas une mais deux vagues de chaleur en juin puis en juillet avec des records de températures. L'Australie traverse l'un des étés les plus brûlants de son histoire récente.

Cette année, la Sibérie et l'Amazonie, les deux plus grandes forêts de la planète ont été ravagées par des incendies gigantesques. En Russie, ce sont près de 3 millions d'hectares qui sont partis en fumée soit la taille d'un pays comme la Belgique. Au même moment, la forêt amazonienne brûlait à un rythme jamais vu auparavant.

Les inondations se sont également intensifiées sur la planète, plus dévastatrices que jamais. Le Japon a affronté le typhon Hagibis, le plus puissant depuis plus de cinq décennies, tandis que Venise a connu sa plus haute acqua alta depuis 1966.

Les scientifiques, dont Petteri Taalas, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, ont une explication pour cet important dérèglement climatique :

"Le changement climatique se poursuit et ne s'améliore pas selon l'Accord de Paris. Les dix dernières années ont été la période la plus chaude de cette période de 170 ans. Nous avons trois principaux gaz à effet de serre : le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux, et dans tous ces gaz nous avons encore une fois battu des records."

Mais tout le monde n'est pas convaincu de l'urgence de sauver la planète, Donald Trump en tête :

"J'ai annoncé le retrait des USA de l'horrible, du coûteux, du partial accord de Paris. Nous remettons nos grands mineurs au travail."

Des mots qui exaspèrent Greta Thunberg. Cette jeune Suédoise de 16 ans atteinte du syndrome d'Asperger est devenue l'égérie de la lutte contre le changement climatique à travers la planète. Elle a été désignée personnalité de l'année 2019 par le magazine "Time" devenant la plus jeune lauréate de cette distinction.

C'est en bateau, à la voile, pour éviter les émissions de carbone causées par les avions qu'elle s'est rendue à New York pour participer au Sommet sur le climat avant l'Assemblée générale des Nations Unies et se rendait au Chili à la COP25 quand le lieu a été changé pour Madrid.

En Espagne, l'Union Européenne a présenté le plan le plus ambitieux visant à progresser vers une économie neutre en carbone d'ici 2050. Des dizaines de petits pays se sont mis d'accord sur des objectifs à long terme similaires, mais d'autres grands émetteurs comme les États-Unis, la Chine ou le Brésil ont eux fait machine arrière.

Malgré les discussions les plus poussées en 25 éditions, la COP s'est terminée sur une note décevante.

Aucun accord international n'a pu être mis en place notamment sur les règles des marchés carbone ou l’assistance aux pays en développement pour s’adapter aux incidences du dérèglement climatique.

Les militants écologistes accusent les pays les plus riches de faire preuve de peu d'engagement pour lutter sérieusement contre le changement climatique.

Leurs espoirs sont maintenant placés dans le prochain sommet sur le climat qui se tiendra à Glasgow en novembre 2020.