DERNIERE MINUTE

Tensions au Monténégro : trois députés de l'opposition arrêtés

Tensions au Monténégro : trois députés de l'opposition arrêtés
Tous droits réservés
AP
Taille du texte Aa Aa

Des manifestants se sont rassemblés à Belgrade, la capitale serbe, devant l'ambassade du Monténégro, en soutien aux trois députés de l'opposition pro-serbe arrêtés au Monténégro, après des incidents survenus au Parlement dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ils tentaient d'empêcher l'adoption d'une loi qui prévoit la nationalisation de biens détenus par des églises serbes. Des biens dont les églises ne peuvent pas prouver qu'ils leurs appartenaient avant 1918, date à laquelle le Monténégro avait perdu son indépendance.

L'Eglise orthodoxe serbe (SPC), principale institution religieuse du Monténégro, a dénoncé cette loi sur "la liberté religieuse" qu'elle a qualifié vendredi de "discriminatoire et non-constitutionnelle".

"Les législateurs serbes du Front démocratique (du Monténégro) ont été arrêtés hier soir. Cela n'a jamais été vu dans la démocratie et au Parlement que les législateurs serbes soient brutalement arrêtés, pendant la session parlementaire", a déclaré Nemanja Vuckovic, un manifestant.

Les trois responsables politiques arrêtés vendredi sont soupçonnés d'avoir "agressé un officiel dans l'exercice de ses fonctions et d'avoir empêcher un policier d'exercer les siennes".

Après le rejet de leurs amendements par la majorité, les députés du FD ont jeté un pétard dans la salle du Parlement ainsi que des bouteilles en plastique, vandalisé du mobilier et des micros et tenté de s'en prendre physiquement aux députés de la majorité, selon un photographe de l'AFP sur place.

La police avait annoncé vendredi l'interpellation de 22 personnes en tout, dont 17 députés de l'opposition. Depuis, 19 personnes ont été remises en liberté.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.