DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ces Occidentaux de Daech retenus dans les prisons kurdes

Ces Occidentaux de Daech retenus dans les prisons kurdes
Tous droits réservés
Quelle: France Télévisions
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines d'hommes, entassés dans des cellules dans le nord-est de la Syrie. Ici, des milliers de volontaires de Daech sont retenus par les forces kurdes. Parmi eux, il y aurait quelques 2500 djihadistes occidentaux.

Daniel s'est fait appeler Abu llias al Swisri quand il a rejoint l'Etat islamique. A 25 ans, le maçon genevois aimerait rentrer. Bien qu'il figure sur la liste d'Interpol parmi les terroristes les plus recherchés, il nie toute participation à des crimes.

"Je n'ai tué personne, que ce soit en Europe ou ici. Je n'ai pas trop regrets, et au contraire, je me suis marié en fait. C'est pas tout le monde qui est terroriste. Le problème c'est que tout le monde dit ça. Moi je veux juste retourner chez moi. Ils ne me rapatrient pas alors que la Suisse est le pays des droits de l'Homme. "

Certains sont là depuis neuf mois. ils ne savent pas combien de temps va durer leur captivité. Kasper, ancien artisan danois, estime que les attaques de l'Etat islamique en Europe sont des représailles :

"C'est la guerre. Ils ont été bombardés, leurs familles, leurs femmes, alors ils font pareil. Nos pays ne veulent pas qu'on rentrent, mais ils n'ont peut-être pas le choix. C'est une mauvaise solution de nous garder ici indéfiniment. Dans cette prison, des milliers font partie d'un même groupe. S'ils arrivent à s'échapper ils reformeront un nouveau groupe."

Les forces kurdes sont en effet en alerte. Les services de renseignement redoutent une évasion collective planifiée par le groupe Etat islamique. D'autant plus que l'offensive turque depuis octobre a fragilisé les geoliers kurdes.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.