DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Assigné à résidence à Tokyo, Carlos Ghosn fuit au Liban

euronews_icons_loading
Carlos Ghosn la prison à Tokyo le 25 avril 2019
Carlos Ghosn la prison à Tokyo le 25 avril 2019   -   Tous droits réservés  Kyodo News / AP
Taille du texte Aa Aa

Assigné à résidence à Tokyo et sous le coup de quatre inculpations, Carlos Ghosn a fui au Liban.

C'est un homme qui se dit libéré de la "persécution politique".

L'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Carlos Ghosn, arrêté au Japon il y a un an, confirme ce mardi se trouver au Liban, dont il est originaire.

Le bâtisseur de la plus grande alliance automobile au monde a donc fui l'archipel nippon, où il était assigné à résidence, en attendant son procès pour des malversations financières présumées.

Une liberté très encadrée. Carlos Ghosn avait même pour interdiction de parler à son épouse Carole.

"Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité"
Carlos Ghosn

Dans ces conditions, comment a-t-il fui le Japon ? Selon un journal libanais, le patron déchu est arrivé à Beyrouth dans un avion en provenance de Turquie.

"Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité", a-t-il déclaré ce mardi dans un communiqué.

Son avocat "abasourdi"

Depuis son arrestation, le 19 novembre 2018, les avocats et la famille de Carlos Ghosn ont vivement dénoncé ses conditions de détention et le traitement de la justice japonaise, qui mènerait selon eux la procédure à charge.

Carlos Ghosn a également fait savoir qu'il comptait communiquer "librement" avec les médias, dès "la semaine prochaine".

"C'est une surprise totale, je suis abasourdi", a déclaré aux médias le principal avocat de Carlos Ghosn Junichiro Hironaka, affirmant ne pas avoir été contacté par son client et avoir appris "par la télévision" que l'ex-patron de Renault-Nissan avait fui le Japon.