EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La "mafia du bois", fléau des Carpates

Carpates
Carpates Tous droits réservés Roumanie
Tous droits réservés Roumanie
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Chaque année dans les forêts roumaines, 20 millions de mètres cubes de bois de sapin et de hêtres seraient prélevés illégalement, souvent avec l'aide d'autorités corrompues.

PUBLICITÉ

Dans la région des Carpates, au nord de la Roumanie, se trouvent quelques-unes des plus grandes forêts d'Europe. Le pays dispose encore de 120.000 hectares de forêts vierge de tout intervention humaine. Mais ici, la déforestation illégale atteint de proportions effarantes. Chaque année 20 millions de mètres cubes de bois seraient prélevés illégalement, souvent avec l'aide d'autorités corrompues.

Plusieurs ONG luttent activement contre ce fléau mais s'opposer au voleurs d'arbres peut parfois être fatal. Anemaria Liviu en a fait la funeste expérience. Son mari a été tué dans ce contexte. "Mon mari garde forestier a été menacé de nombreuses fois - c'était sa parole contre la leur", explique-t-elle.

Hêtres et sapins

L'organisation environnementale Agent Green, évoque un fléau qui touche tout le pays."Quand on évoque le problème du bois illégal sur le marché cela ne signifie pas que l'on parle d'un problème local, mais d'un problème systémique national, explique Gabriel Paun.

Les forêts de Roumanie font l'objet d'autant de convoitises pour l'exploitation massive de leurs millions de hêtres et de sapins. Des arbres coupée illégalement parfois pour le compte d'enseignes d'ameublement bien connues, parfois jusqu'en France. Face à ce qui est appelé "la mafia du bois" la riposte citoyenne s'organise.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Situation des forêts dans le monde : nouveau rapport de la FAO

La Roumanie, cible de la mafia du bois

NoComment. La forêt de papillons contribue à sensibiliser le public à la biodiversité