DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Incendies en Australie : des manifestants prennent pour cible le premier ministre Scott Morrison

Incendies en Australie : des manifestants prennent pour cible le premier ministre Scott Morrison
Tous droits réservés
.
Taille du texte Aa Aa

Des milliers d'Australiens sont descendus dans les rues de Sydney et Melbourne pour réclamer au gouvernement australien des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique, tandis qu'en Allemagne, des manifestants ont demandé à Siemens de renoncer à un projet de mine de charbon en Australie.

Un gros scotch noir sur la bouche. Comme pour dénoncer l'inaction silencieuse des gouvernements ou des dirigeants d'entreprises face au réchauffement climatique.

A Berlin, devant l'ambassade australienne, ou à Munich, devant le siège de Siemens, des manifestants se sont réunis pour demander au géant de l'ingénierie Siemens de renoncer à sa participation à un projet controversé de mine de charbon en Australie

Le pays est ravagé depuis plusieurs mois par des incendies aux conséquences dramatiquespour l'environnement. Une décision de Siemens est attendue pour lundi.

Des scotchs sur la bouche, comme une façon pour ces militants de signifier aux dirigeants qu'ils n'attendent plus des mots, mais des actions concrètes pour éviter de nouvelles catastrophes.

Colère des Australiens

Pendant ce temps, en Australie, la colère ne retombe pas. A Sydney, ils étaient des milliers dans les rues vendredi pour demander au gouvernement d'en faire davantage contre le réchauffement climatique.

Les incendies en Australie ont ravagé l'équivalent de deux fois la surface de la Belgique. Ils ont provoqué la mort d'au moins 26 personnes et touché plus d'un milliard d'animaux, selon WWF.

Certaines pancartes mettaient directement en cause le premier ministre conservateur Scott Morrison, critiqué, voire conspué sur le terrain par des habitants pour sa gestion de la crise, et pour les choix en matière de climat qui ont été faits en Australie. L'économie du pays est toujours très dépendante du charbon.

Liés à une sécheresse particulièrement grave en Australie, ces incendies sont de plus aggravés par le réchauffement climatique, alors que les scientifiques prédisent de longue date que la récurrence de ces événements météorologiques extrêmes ne fera que s'aggraver.

L'année 2019 a été en Australie la plus chaude et la plus sèche depuis le début des relevés. La journée du 18 décembre a été la plus chaude jamais constatée, avec une moyenne nationale des températures maximales mesurée à 41,9°C.

"Mégafeu"

Comme attendu, le mercure a dépassé vendredi les 40 degrés dans les Etats de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud, et l'inquiétude se portait désormais sur un "mégafeu" né vendredi après-midi de la jonction de deux incendies.

Ce seul brasier a réduit en cendres une superficie de plus de 6 000 km2, soit plus de 55 fois la taille de Paris.

L'"état de catastrophe naturelle" avait été prolongé de 48 heures en prévision de cette nouvelle vague de chaleur, survenue après quelques jours de températures plus favorables à la lutte contre les incendies.

Et des ordres d'évacuation avaient été lancés dans les zones frontalières de de la Nouvelle-Galles du Sud et du Victoria.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.